Stratégie : Allianz France vise 25% d’affaires nouvelles via Internet en 2016

Jacques Richier, PDG d’Allianz France, a réaffirmé la stratégie et les ambitions numériques de l’assureur, tout en faisant le point sur le développement du plan triennal en cours.

L’année 2014 sera une année digitale“, explique Jacques Richier, PDG d’Allianz France, à la descente du TGV Allianz qui s’apprête à parcourir la France ces trois prochaines semaines, à la rencontre de ses clients et de ses prospects.

Le digital va prendre une part plus importante dans les ambitions d’Allianz France. “Nous avons doublé notre ambition“, confie Jacques Richier. “Le taux d’affaires nouvelles à horizon 2016 devrait être compris en 20 et 25%” grâce à un Internet alors qu’il est actuellement de 8 à 10%.

Si le PDG d’Allianz France reconnaît que le marché national est “en retard” par rapport à ses voisins, la filiale française de l’assureur allemand mise beaucoup sur le numérique, au point d’avoir créer une direction digitale confiée à Virginie Fauvel.

Avec un assureur direct, AllSecur, et la montée en puissance des produits e-allianz distribués sur le site et disponibles en souscription chez les agents, la stratégie digitale de l’assureur se précise. D’autant que e-allianz trouve peu à peu sa place et prend le pas, grâce à son parcours multi-accès, sur AllSecur…

Le plan à horizon 2015 lancé par Allianz France se poursuit. “Nous sommes plutôt en avance sur la gestion de sinistre et sur l’indemnisation”, confie le PDG, “et dans le rythme sur le travail de simplification des produits”. Ces deux étapes étaient les deux premières à mener pour Allianz France. La simplification des produits vise un objectif de “90 à 95 produits en vente d’ici à 2015“. Objectif ambitieux quand Allianz distribue encore 130 produits actuellement. D’autant que l’arrivée de Gan Eurocourtage l’an passé dans le giron du groupe a augmenté ce catalogue de produits.

Le travail de simplification est fait pour la gamme des particuliers, et est en cours pour les professionnels“, ajoute Jacques Richier.

Enfin, en termes de réseaux, le travail se poursuit. Pour les réseaux patrimoniaux (Allianz Finance Conseil) et santé – prévoyance des pros (Allianz Protection Sociale), il faudra s’adapter. “Les réseaux doivent s’adapter aux clients et aux conditions de marché.

Les évolutions réglementaires vont redonner de la valeur aux réseaux de proximité“, précise le PDG. Les agents généraux vont fournir près de 50% des clients et prospects amenés à passer dans le TGV Allianz ces prochaines semaines. Des agents sélectionnés par la compagnie pour “la qualité des portefeuilles“, confie-t-on en interne. Car si le but reste événementiel, le principe de décloisonner les clients pour leur montrer les univers particuliers, pro/entreprises ou patrimoniaux n’est pas abandonné.

Selon Jacques Richier, “pour son développement, l’entreprise doit être agile, et les réseaux doivent s’adapter également“. Le chantier de l’organisation des différents réseaux d’Allianz France reste à mener.