Sondage : Français et Américains, plus pessimistes dans l’économie que les Allemands

D’après une étude Swiss Re sur les risques mondiaux, l’économie préoccupe trois-quarts des Français pour l’avenir de leurs pays comme presque deux-tiers des Américains. Les Allemands s’intéressent d’abord à leur vieux jours.

Les Français partagent avec les Américains et les Britanniques leurs plus fortes inquiétudes dans le risque économique, selon un sondage publié mardi par le réassureur helvétique Swiss Re en coopération avec l’Institut Gallup, sur la perception des risques au niveau mondial.

74% des Français citent l’économie pour leur pays contre 64% pour les Américains et 61% pour les Anglais. A l’inverse, nos voisins allemands sont plus inquiets de leurs retraites. 51% d’entre eux considèrent comme prioritaire le problème du vieillissement de la population.

Pour David Cole, directeur du risque chez Swiss Re, lors d’une conférence de presse à Zurich, cette différence entre les Français et leurs voisins allemands s’explique notamment par la démographie. En Allemagne, le vieillissement de la population est plus marqué, mais la performance économique y est meilleure que dans le reste de la zone euro.

Risque climatique et Cat’Nat’

L’étude menée dans 19 pays montre également que la Chine considère (pour 44% des personnes interrogées) les problèmes de pollution, de changement climatiques, de disparition des espèces comme les plus importants. Ils sont rejoints par les Suisses.

Globalement dans le monde, 77% des habitants redoutent qu’une catastrophe naturelle (tremblements de terre, inondations, ouragans…) ne les atteignent dans les 20 prochaines années.

En Afrique du Sud, brésil, Mexique, la criminalité, les émeutes inquiètent le plus.

L’accès à la nourriture

Le sondage a notamment révélé que 43% des Français s’attendent à ce que l’accès à la nourriture soit plus difficile dans les vingt prochaines années dans le monde. Les Français se montrent ainsi autant préoccupés par l’approvisionnement alimentaire que les personnes interrogées sur ce point en Afrique du Sud et au Mexique.

C’est un résultat surprenant“, a reconnu David Cole, qui estime que ce chiffre peut être vu comme un autre signe de l’inquiétude des Français sur l’économie.

avec AFP