Solvabilité II : Eiopa se prépare à “deux années cruciales” et des taux d’intérêts bas

Au cours de la conférence annuelle d’Eiopa, les participants débattent sur “deux années cruciales” pour la mise en œuvre de Solvabilité II et s’inquiètent de la persistance des taux d’intérêts bas.

La 3ème conférence annuelle de l’autorité européenne des assurances et des pensions professionnelles (Eiopa) à Francfort, mercredi 20 novembre, avance après l’accord politique passé sur le calendrier de Solvabilité II.

Les participants ont pu se féliciter de la décision politique prise par le trilogue (conseil commission, parlement européen) qui fixe la date butoir du 1er janvier 2016 pour l’application de Solvabilité II dont le but est d’harmoniser les règles d’allocation des capitaux face aux risques.

Les assureurs européens sont les plus gros investisseurs institutionnels avec 8,4 trillions d’euros en gestion.

“La mise au point sur le calendrier d’application lève les incertitudes auxquelles les assureurs et les autorités de contrôle faisaient face, en évitant une fragmentation du marché et en permettant de s’assurer que le cadre du risque interne de marché soit conservé. En même temps, le nouveau calendrier nous donne deux années supplémentaires pour préparer pas à pas Solvabilité II”, a déclaré aujourd’hui Gabriel Bernardino, président de EIOPA dans un discours.

Scénario noir pour Denis Kessler

Ainsi les deux prochaines années deviennent “cruciales pour le succès” de la mise en œuvre des nouvelles règles.

Mais la conjoncture est difficile pour les assureurs. Denis Kessler, PDG de Scor envisage “le pire des scénarios qui serait d’avoir un environnement de taux d’intérêts bas durant les 5 prochaines années. Cela mènerait à une terrible dégradation sur le marché de l’assurance-vie avec des conséquences sur des besoins de capitaux devenant plus importants, des consolidations et des problèmes d’insolvabilité des petits assureurs“.

L’entrée en vigueur de Solvabilité II est accompagnée d’un délai de transition de 16 ans “Malheureusement, l’achèvement et l’introduction de Solvabilité II tombe dans une période critique“, a dit le ministre allemand adjoint des Finances, Thomas Steffen. “Pour les activités au long terme, surtout dans mon pays, cette transition se révèle cruciale“, a-t-il ajouté.

D’après Gabriel Bernardino, Solvabilité II inclura des mécanismes transitoires pour prendre en compte le problème d’un environnement de taux d’intérêts bas persistant.