Retraite : les Français plus pessimistes que le reste du monde

Les Français ont le moral dans les chaussettes lorsqu’il s’agit d’évoquer le sujet de la retraite selon l’étude mondiale sur les retraites réalisée par HSBC*.

Quel sera leur niveau de vie au moment de la retraite ? Deux tiers des personnes interrogées dans le cadre de l’étude, estiment qu’elles rencontreront des difficultés financières à la retraite. Un chiffre légèrement au-dessus de la moyenne mondiale (62%). 62% des actifs estiment en outre que le coût de la vie augmente plus vite que leurs revenus. C’est tout simplement le chiffre le plus élevé du monde dont la moyenne s’établit à 45%. Dès lors, l’idée d’économiser pour ses vieux jours semble germer chez les actifs.

Un effet crise

Pour autant, l’effet crise a brisé leur élan, puisque près d’un sur deux (47%) estime qu’ils sont moins capable d’économiser aujourd’hui qu’il y a un an. Ils sont ainsi 23% à déclarer que la crise économique a grévé leur capacité d’épargne. 52% précisent d’ailleurs qu’ils ont réduit ou cessé leur épargne retraite en raison de la crise, contre 40% au niveau mondial. Et pour 87% des actifs, épargner pour la retraite ne fait tout simplement pas partie des priorités. En premier lieu, ils économisent en cas de coup dur, pour rembourser des dettes ou pour se constituer un apport en vue d’un achat immobilier.

Preuve de la morosité ambiante qui règne en France, les actifs interrogés pensent que leur épargne personnelle durera à peine 8 ans une fois à la retraite, contre 11 années pour la moyenne mondiale. Les femmes sont encore plus pessimistes avec un horizon à 5 ans.

52% des Français préparent leur retraite. L’assurance-vie obtient d’ailleurs les faveurs des épargnants devant le PERP

La morosité ne touche pas que les actifs. Elle atteint également les retraités actuels. 63% d’entre eux se disent déçus par leur situation financière. Là encore c’est bien plus que la moyenne mondiale (33%). 64% des retraités qui ont mal préparé leur retraite nourrissent d’ailleurs des regrets de ne pas avoir économisé durant leur vie active. En moyenne les retraités actuels n’ont épargné que 6% de leurs revenus. Les actifs prévoient eux de mettre 14% de leur revenu de côté.

*Etude réalisée sur 16.000 individus dans 15 pays, dont 1.000 en France.