Résultats semestriels 2010 : La Macif dans le rouge au premier semestre 2010

La Macif a perdu 26,6M d’euros au premier semestre 2010, selon son rapport semestriel publié sur son site. Ce chiffre s’explique par les fortes sinistralités climatiques. L’activité commerciale reste bien orientée.

La Macif signe un premier semestre 2010 difficile avec une perte de 26,6M d’euros. La mutuelle d’assurance est fortement touchée par les sinistres Xynthia et les inondations dans le Var notamment qui lui ont coûté 112M d’euros avant réassurance.

Le rapport précise toutefois qu’en dehors de cette charge de sinistres exceptionnelle, celle-ci baisse de 5,1%. Le ratio S/C en dommages ressort en baisse de presque 4 points à 96%.
En 2009, les pertes de la Macif avaient atteint les 68,9M d’euros avant de conclure l’année avec un résultat net positif à 13,5M d’euros.

Chiffre d’affaires en hausse

Paradoxalement, la mutuelle niortaise est parvenue a faire progresser son chiffre d’affaires de 11,9%. Toutes les lignes sont dans le vert. L’assurance de dommages gagne 4,5% (1,8% en auto, 6,3% en habitation et 13,6% en « autres assurances de biens »). L’assurance santé, une activité ne représentant que 9% du chiffre d’affaires progresse également 9,2%.

La forte augmentation du chiffre d’affaires en assurance habitation est à mettre sur le compte d’un relèvement des tarifs en début d’année 2010 plus qu’à la performance du marché. En auto, la part dans le chiffre d’affaires du groupe passe pour la première fois sous les 30% (28%) et la progression est réalisée en grande partie par la branche entreprises face à une « stabilisation du portefeuille » sur le marché des particuliers.

L’assurance-vie en euro en forte croissance

La palme revient à l’épargne. Le chiffre d’affaires s’est apprécié de 21,6% entre juin 2009 et juin 2010, contre un chiffre du marché de 8% selon la FFSA à fin juin 2010. Les contrats en euros, déjà plébiscités sur le marché global représentent 96% des encaissements, dont 86% pour un seul produit (Livret VIE) précise le rapport.

L’épargne devient un contributeur aussi important que l’assurance dommages pour le groupe avec 45% de la part du chiffre d’affaires.