Résultats : Bonnes performances pour Covéa en 2012

La Sgam Covéa a réalisé une bonne année 2012, avec des hausses du chiffre d’affaires de 2,8% et du résultat net de 23,9%. L’international compense la baisse de la vie en France.

Habitués des résultats par mutuelles avant une livraison des résultats Covéa, la Sgam est entrée cette année dans une présentation groupée. L’année 2012 a été bonne pour le groupe, qui affiche une hausse dans la quasi-totalité de ses métiers.

En chiffres, Covéa gagne 2,8% en chiffre d’affaires. Celui-ci atteint 14,676Mds d’euros activités internationales comprises, et 13,137Mds pour la France seule. Impacté par la baisse de la collecte en vie, le chiffre d’affaires France est en recul de 3,2%. La forte progression du chiffre d’affaires international, à 1 539M d’euros (une hausse de 116,7%). Le chiffre d’affaires à l’étranger compte pour 10,5%. Malgré ce chiffre, “notre groupe doit plutôt s’orienter vers des marchés avec une culture assurantielle compatible et intelligible avec la France” a expliqué Thierry Derez, PDG de Covéa, lors de la présentation des résultats.

Le résultat net, comme pour la quasi-totalité des acteurs du secteur en 2012, s’apprécie notamment du fait des éléments financiers. En 2012, le résultat part du groupe croit de 23,9% à 628M d’euros. Logiquement, les fonds propres se trouvent renforcés à 9,6Mds d’euros et la marge de solvabilité portée à 392%.

En termes d’activité, tous les chiffres d’affaires sont en hausse, à l’exception de la vie individuelle. Covéa perd 19,2% de chiffre d’affaires, à 3,4Mds d’euros. En auto (+3,4%), en habitation (+5,5%), en prévoyance et santé (+5,1%) et même chez les professionnels et entreprises (+3,8%), les chiffres d’affaires sont en hausse. Sur le segment des pros, Hervé Frapsauce, le directeur général de MMA estime que “le marché est difficile” et reconnaît faire le “pari du retournement“. Avec 631.000 contrats, le segment est stable. Chez Maaf (323.000 contrats) Etienne Couturier expliquait que “la baisse était voulue” en raison “d’opérations de surveillance et révision de portefeuille“.