Résultats 2015 T1 : Le bénéfice net d’AIG bondit

L’assureur américain AIG a vu son bénéfice net s’envoler au premier trimestre à 2,5 milliards de dollars, en hausse de plus de 50% sur un an, grâce à des cessions d’actifs, selon un communiqué publié jeudi.

Ce résultat se traduit par un bénéfice par action ajusté, référence à Wall Street, de 1,78 dollar, contre 1,19 dollar escompté en moyenne par les analystes.

“Notre modèle économique diversifié et désormais équilibré (…) permet de réduire les risques”, a commenté le directeur général Peter Hancock, cité dans le communiqué.

Arrivé aux manettes en septembre, M. Hancock a procédé récemment à de nombreuses cessions d’activités non stratégiques pour se concentrer sur le coeur de métier – l’assurance – et tourner définitivement le dos à une diversification tous azimuts qui a failli le faire disparaître. AIG a ainsi cédé une partie de sa participation dans la société chinoise PICC Property en mars.

Ces résultats, qui sont les premiers publiés après le décès fin février de son ex-patron Robert Benmosche, artisan du renouveau de l’assureur qui avait failli être emporté par la crise financière, confirment le bien-fondé de ce recentarge.

Dans l’assurance commerciale( garanties d’hypothèques, sinistres et catastrophes), AIG affiche un bénéfice d’exploitation trimestriel avant impôts en hausse de 3% à 1,46 milliard de dollars. Le groupe a notamment bénéficié de moindres catastrophes naturelles: les coûts liés aux indemnisations de ses clients s’élèvent ainsi seulement à 71 millions de dollars contre 184 millions à la même période un an plus tôt.

Le ratio des frais de gestion et des coûts des sinistres sur le total des primes encaissées a baissé de 1,8% sur un an, à 97,1%. Autrement dit, les coûts d’assurance ont diminué.

Ce ratio est un indicateur permettant de mesurer si l’assureur paie plus qu’il ne reçoit de primes. Quand il est en dessous des 100 points, cela suggère que l’assureur a reçu un peu plus de primes qu’il n’a dédommagé ses clients.

Dans l’assurance grand public (assurance-retraite, assurance-vie ou personnelle), le bénéfice opérationnel a en revanche reculé de 19% à 945 millions de dollars, malgré une hausse des primes de polices d’assurances. La baisse est imputable essentielle à une hausse des dépenses opérationnelles.

Fort de sa belle performance, AIG a annoncé un nouveau programme de rachat d’actions de 3,5 milliards de dollars.