Réassurance : Fitch considère le secteur de la réassurance comme stable “malgré la pression tarifaire”

Selon Fitch Ratings, la réassurance mondiale est en perspective stable mais reste sensible aux taux d’intérêts bas et à une certaine pression tarifaire.

Fitch place le secteur de la réassurance en perspective stable pour 2013 et pour les mois à venir. “En l’absence d’une catastrophe majeure, un environnement de taux bas persistant et des prix en baisse sont les facteurs clefs qui peuvent amener à une détérioration” des notes de crédit du secteur.

L’agence de notation Fitch Ratings est la première à communiquer une étude sur le secteur de la réassurance, un peu plus d’une semaine avant l’ouverture des Rendez-vous de Septembre, grand raout de la profession qui se tiendra à Monaco du 8 au 13 septembre 2013.

Dans son étude, l’agence pointe un contexte tarifaire qui reste assez stable, voire à la baisse, alors même que les assureurs ont eu tendance à hausser leurs tarifs. “Fitch note que la réassurance connaît une pression sur les prix sur son activité, alors que les tarifs de de l’assurance n’ont pas été transférés vers le marché de la réassurance”.
Fitch Ratings pointe également la croissance d’un marché alternatif de la réassurance” constitué des obligations catastrophes notamment.

Inquiétude sur les taux d’intérêts bas

Dans son étude, l’agence met également en avant l’enjeu des taux d’intérêts bas. “L’environnement d’investissement est susceptible de fournir le plus grand défi pour le secteur de la réassurance en 2014” explique Martyn Street, co-directeur du secteur réassurance chez Fitch. “Nous nous attendons à des taux d’intérêts bas, qui seront un vrai défi pour les réassureurs pour obtenir la même profitabilité en 2014 qu’en 2013.”

En guise de conclusion, Fitch précise que des événements tels qu’une “perte de 60Mds de dollars, couplée à une remontée des taux d’au moins 300 points de base et à une incapacité des réassureurs à reconstituer le capital perdu” pourraient affecter les perspectives. Mais ce scénario catastrophe résulte d’une combinaison que l’agence estime… rare.