Publicité dans l’assurance : La réglementation fait la communication

Les changements réglementaires se sont succédé dans le monde de l’assurance. ANI, loi Hamon bouleversent le marché et poussent les assureurs à revoir leur communication pour s’imposer sur la santé collective ou vanter les mérites de la résiliation.

Il suffit d’allumer sa télé, d’ouvrir le journal ou encore d’écouter la radio pour s’apercevoir que la cible des compagnies d’assurances, des mutuelles et des bancassureurs a clairement changé. Exit le particulier un peu niais aidé par ses fidèles amis pour régler ses problèmes de voiture grâce à une assurance auto sans tracas et sans blabla.

Le même “balourd” est aujourd’hui devenu chef d’entreprise, et a le sens des responsabilités, en prenant notamment soin de la santé des salariés. Une vision paternaliste du monde de l’entreprise qui colle avec l’ANI dont les cibles sont la TPE et la PME. Car c’est bien la généralisation de la complémentaire santé qui agite une partie du marché et les boîtes de pub. Après avoir présenté les offres à la presse, il faut maintenant les diffuser auprès des professionnels en charge de souscrire l’assurance santé collective pour leurs salariés.

L’occasion également de décliner toute la gamme de produits, pour la plupart plus rentables que la santé collective. Surcomplémentaire retraite, responsabilité civile, multirisques professionnels, tout y passe dans la nouvelle campagne MMA.

Dernier en date à cibler les patrons et leurs salariés, CNP Assurances. “Protéger une entreprise, c’est protéger ceux qui la font réussir”. Le message de l’un des quatre visuels des annonces presse créées par l’agence Leo Burnett Paris pour le bancassureur est on ne peut plus clair : chefs d’entreprise pensez à couvrir vos salariés. Une nouvelle communication lancée le 4 juin et qui s’inscrit dans le contexte de la généralisation de la complémentaire santé porté par l’ANI, comme l’annonce CNP Assurances.

Autre changement réglementaire, nouvel axe de communication. La loi consommation est venue faciliter la résiliation des contrats auto et habitation à n’importe quel moment, passé une année d’engagement. De quoi relancer la concurrence et aiguiser les appétits sur un marché très largement saturé. Le principe est ici de jouer sur les économies réalisées en changeant d’assureur en gardant les mêmes garanties. L’histoire ne nous dit pas si les mêmes garanties offrent les mêmes couvertures. Et pourtant la différence est de taille.