Prévoyance : « insouciants », les Français anticipent peu

Une étude* menée par HSBC montre que les Français ont plutôt tendance à vivre au jour le jour se préoccupant peu des questions de prévoyance.

La France est championne du monde ! Des insouciants au sens d’HSBC. Avec 29%, les Français se hissent sur la première marche du podium des personnes qui se déclarent vivre au jour le jour, ne planifiant et n’anticipant que très rarement. A l’inverse, 14% des Français sont dits « prévoyants », contre 17% au niveau mondial. Ils anticipent leur condition de vie future et planifient leurs dépenses de prévoyance. Parmi eux, 78% se disent par conséquent confiants quant à leur future qualité de vie.

En France, la première source d’inquiétude pour le futur concerne la santé (81% des personnes interrogées) et plus particulièrement le vieillissement au travers de la dépendance et de la dégradation de la qualité de vie. Viennent ensuite l’accessibilité aux soins (59%), la protection de la santé des proches (56%) et en dernier point le coût des soins (47%).

Sur le volet de la sécurité financière, moins d’un Français sur deux (49%) affiche une inquiétude. Par conséquent, seuls 22% des Français déclarent disposer d’épargne ou d’investissements pour parer aux aléas, contre 33% dans le monde. Et à peine 12% ont souscrit une ou plusieurs assurances en ce sens (21% dans le monde).

Pourquoi ce manque d’anticipation ? 36% des sondés, soit la proportion la plus élevée du panel, comptent sur l’Etat pour assurer leur stabilité financière en cas de perte de revenus. Par ailleurs, 55% des Français estiment que le coût d’une assurance est trop cher.

*Etude menée auprès de 11.500 personnes dans 12 pays.