Mutuelles : Le groupe MGEN-Istya-Harmonie muscle ses services de soins en Île-de-France

43 établissements, un budget de 95 millions d’euros pour l’exercice 2015 et presque 1700 salariés rejoignent le pôle des services de soins et d’accompagnement mutualiste du groupe MGEN-Istya-Harmonie, avant même que celui-ci ne se soit constitué d’un point de vue réglementaire.

La fondation hospitalière Sainte-Marie existe depuis 1922. Elle avait pour but de prendre soin des tuberculeux, elle a désormais pour mission d’accompagner le handicap et la dépendance. La structure s’est très fortement développée au cours de la dernière décennie, ouvrant nombre d’établissements, toujours en Île-de-France, et a jusqu’ici financé ses investissements principalement sur prêts bancaires.

Mais le conseil d’administration de ce groupe non lucratif, a finalement jugé qu’il fallait désormais s’adosser à plus solide que lui, et choisi Harmonie. La quasi-totalité des établissements est donc transférée au mutualiste, qui lui investit « une trentaine de millions d’euros ».

« C’est une reprise inédite par son ampleur dans le monde mutualiste », s’est félicité Stéphane Junique, président d’Harmonie Mutuelle et d’Harmonie Services Mutualistes. « La complémentarité géographique de la fondation hospitalière Sainte-Marie avec les services de soins du groupe Harmonie est évidente », souligne Benoît Juin-Lambert président de la fondation, appelé à devenir président de l’union de soins et de services île-de-France du futur groupe. « Nous ne pouvions envisager de nous développer en Île-de-France sans avoir une offre de services », explique Stéphane Junique.

D’autres rapprochements en cours

L’opération, initiée par Harmonie, entre dans la stratégie du futur groupe MGEN-Istya-Harmonie, qui veut à la fois « favoriser l’accès aux soins, maîtriser les tarifs des services mais aussi d’être un acteur global de santé », poursuit Stéphane Junique.

D’autres opérations de rapprochement avec des structures associatives ont été initiées depuis deux ans dans le Tarn et l’Ariège, en Loire-Atlantique, à Orléans ou à Poitiers, et devraient être bouclées très prochainement. Au final, l’objectif annoncé est de constituer un pôle fort de 800 établissements, 1,5 milliard d’euros de budget et 23 000 salariés.

« Le groupe n’est pas encore créé mais a déjà des réalisations à son actif », s’est réjoui Joseph Deniaud, président d’Harmonie, qui doit prendre la présidence du futur géant mutualiste. « Toutes les AG des treize structures concernées ont voté pour le projet », a-t-il souligné. Le dossier de constitution du futur groupe a été transmis à l’ACPR et à l’Autorité de la concurrence, les agréments sont attendus fin 2016-début 2017.