Marché : Gras Savoye prédit un marché “en apparence stable” qui réserve des surprises

Gras Savoye scrute le marché de l’assurance dans sa note de conjoncture. Gilles Bénéplanc, DG délégué France, voit “une apparente stabilité mais avec beaucoup de dangers” : Cat’Nat’, taux d’intérêts, risques émergents, risques politiques….

Après les Rendez-Vous de Septembre, rassemblant les réassureurs à Monaco, un premier signal fort a été donné au marché avec des prix en baisse ou du moins en stabilité.

Alors que se prépare la période de renouvellement des contrats, Gras Savoye (GS) et Willis ont aussi fait un point très attendu, mercredi 19 septembre, sur la conjoncture et leurs prévisions, face à un parterre d’assureurs et de risk-managers. Pour le premier courtier français, la moitié de ses 3Mds d’euros de primes doit d’ailleurs être renouvelée, a précisé François Varagne, directeur général.

Sa vision du marché “ne s’oriente pas encore vers un choc des prix comme aux rendez-vous de Monte Carlo“, affirme Jean Rondard, directeur de Gras Savoye Corporate Risk Management dans la note de conjoncture.

Pas de choc des prix

En essayant d’y voir plus clair à travers la boule de cristal, Gilles Bénéplanc, DG délégué France de GS, prédit pour le marché de l’assurance “une apparente stabilité mais avec beaucoup de dangers“.

Selon lui, la demande des clients est en légère hausse. Les risques émergents (environnement, cyber… ) et les nouvelles réglementations (pression sur les entreprises pour s’assurer) poussent les prix à la hausse. Mais les clients ont du cash-flow, de meilleurs résultats et ont donc une appétence moins forte aux garanties d’assurances.

Du côté de l’offre, “les capacités IARD seront stables, une petite baisse des prix est possible. En assurance de personnes, de nouveaux acteurs arrivent mais la pression technique fait monter les prix“, déclare Gilles Bénéplanc.

Enfin, les assureurs et réassureurs resteront aussi très sensibles à la situation des marchés financiers, en particuliers des taux d’intérêts dont il faut anticiper une hausse prochaine.

Cotisations IARD en légère croissance et assurance de personne en baisse en France

Plus précisément, sur le marché français, on observe une évolution en ciseaux : “tandis que l’assurance de personne voit son chiffre d’affaires diminuer progressivement depuis 2010, l’IARD est en légère croissance depuis 2008“, relève la note de conjoncture de GS.

En effet, en dommage, les cotisations sont en hausse d’environ 2,5% sur les 5 premiers mois de l’année 2013, dans le même rythme que 2012. GS précise que cette croissance des primes est due notamment “à des hausses tarifaires dans les branches automobiles et dommages principalement“. Mais il existe de fortes disparités entre les branches et des capacités importantes, les prix pourraient donc s’éroder pour nombre d’entre elles.

Dans le secteur vie, la collecte nette négative en assurance-vie en 2012 (-6,5Mds d’euros) est pour GS “un fait très nouveau et inquiétant“. De fait, les cotisations sur l’ensemble du marché des assurances de personnes est en recul, et ce depuis 2010. En revanche, “les 5 premiers mois de 2013 laissent présager une meilleure année ( à ce jour hausse des cotisations de 8,8% et baisse des prestations et rachats de 13,9%)“, écrit GS.