Réassurance : Les autorités de New York s’intéressent aux liens des réassureurs avec l’Iran

Les autorités financières de l’État de New York ont adressé une lettre à vingt sociétés de réassurances exigeant des informations sur leurs pratiques avec l’Iran dans le cadre des sanctions imposées par les USA, rapporte lundi le Wall Street Journal dans son édition en ligne.

“Une enquête d’un an menée par Benjamin Lawsky, le surintendant du département des services financiers de New York, a mis en évidence des preuves qu’au moins trois sociétés non-américaines ont assuré des cargaisons vers l’Iran”, affirme le quotidien financier américain, qui cite des sources proches du dossier.

“Dans le cadre de cette enquête, M. Lawsky a écrit la semaine dernière à 20 compagnies de réassurances non américaines demandant des informations détaillées sur leurs opérations avec des entités ou individus liés à l’Iran”, ajoute le Wall Street journal, qui a consulté la lettre.
Bien que celle-ci ne mentionne pas les noms de sociétés visées, elle a été adressée notamment au réassureur helvétique Swiss Re, à son concurrent allemand Hannover Re ainsi qu’au britannique LLoyd’s, affirme le Wall Street Journal.

Depuis des années, les États-Unis et la communauté internationale imposent un arsenal de sanctions à l’Iran accusé de tenter de se doter de l’arme atomique, sous couvert d’un programme civil d’énergie nucléaire, ce dont se défend Téhéran.
Le président Barack Obama a signé en janvier une loi étendant ces sanctions, interdisant aux sociétés financières actives aux États-Unis de fournir des services aux entreprises qui traitent avec l’Iran.
Ce texte, qui entre en vigueur lundi, s’applique donc aux sociétés
étrangères, même lorsque la législation est différente dans leur pays d’origine, rappelle le quotidien.

La lettre de M. Lawsky a indiqué que les sociétés qui enfreignent cette loi s’exposent à des sanctions, selon le quotidien. Selon ses sources, les trois sociétés qui sont soupçonnées d’avoir assuré des cargaisons vers l’Iran ne violeraient toutefois la loi que si les contrats d’assurance courent au-delà du 1er juillet.

Contacté par l’AFP, l’assureur helvétique Swiss Re a confirmé avoir reçu la lettre du régulateur de l’État de New York concernant son programme de contrôles du commerce international et les mesures spécifiques mises en place.
“Swiss Re est conscient de ses obligations légales et a un programme robuste en place pour assurer une conformité totale avec la loi”, a indiqué son porte-parole par courriel, ajoutant que toute suggestion, selon laquelle Swiss Re violerait la loi, était sans fondements.

De son côté, Lloyd’s a assuré que toutes les sanctions applicables seront pleinement respectées. “Lloyd’s se conformera à toutes les sanctions applicables, comme il l’a toujours fait”, a indiqué son porte-parole.