Inondations de mai et juin 2016 : Le coût atteint 1,4Md d’euros

Un an après les inondations exceptionnelles qui ont frappé 19 départements et plus de 2.000 communes françaises en mai et juin 2016, la Fédération française des assureurs actualise son bilan. Au total, 182.000 sinistres ont été déclarés pour un coût supérieur à 1,4Md d’euros.

La FFA a actualisé son bilan sur les inondations de mai et juin 2016, un an après la catastrophe, comme convenu dans le cadre de la convention sur les catastrophes naturelles que la FFA a signé avec l’Etat le 4 novembre dernier. Le coût global de la catastrophe grimpe à 1,4Md d’euros, un bilan supérieur aux 1,2Md d’euros estimés initialement et aux 1,3Md d’euros estimés par la FFA en février dernier.

Les assureurs ont réglé 96% des sinistres déclarés, dont 96% pour l’habitation, près de 97% pour l’auto, 90% pour les entreprises et près de 95% pour l’agricole, selon les chiffres de la FFA. Les dossiers en attente de règlement peuvent répondre à différents cas : soit les assurés n’ont pas envoyé les factures des travaux de réparation, soit ce sont des dossiers complexes, notamment dans le cadre des pertes d’exploitation, qui demandent plus de temps pour être finalisés ; soit une contre-expertise a été demandée, ce qui rallonge le temps de traitement du dossier.

La FFA rappelle que sur les 25 dernières années, le coût total des aléas climatiques s’élève à 48Md d’euros en France. Leur coût potentiel d’ici 2040 pourrait quasiment doubler, et atteindre 92Md d’euros. Pour mieux répondre aux sinistres à venir, les assureurs proposent de « moderniser le régime des catastrophes naturelles ». Ils suggèrent notamment de « faire évoluer les franchises légales, pour que les artisans et commerçants soient moins pénalisés ». Ils souhaitent également que les frais de relogement soient inclus dans le régime des catastrophes naturelles et proposent de développer les politiques de prévention.