Grands risques : Smacl s’essaie sur les risques d’entreprises

Spécialiste des risques des collectivités, la mutuelle d’assurance Smacl vise une diversification qui passe en partie par les risques d’entreprises.

Une entreprise qui sait gérer les risques pour 1 million de mètres carrés dans une ville sait gérer le même patrimoine pour une entreprise” appuie Christian Ottavioli, président du directoire de la Smacl. La mutuelle, à la recherche de nouveaux relais de croissance avec pour objectif le relèvement de son niveau de fonds propres, veut s’engager sur les grands risques, estimant qu’elle a une certaine légitimité.
Nous savons gérer une flotte auto de 3.000 véhicules pour une collectivité, nous savons également le faire une pour le privé” ajoute M. Ottavioli. “C’est un axe de développement encore expérimental” confie de son côté Michel Paves, le président, jusqu’en juin 2014, de la Smacl.

Pour se développer sur ce segment si particulier, Smacl ne compte pas sur les grands courtiers. “Nous sommes trop petits pour les gros courtiers, et nous ne voulons pas nous laisser imposer les choses” précise Christian Ottavioli. “En élaborant un produit avec un courtier de taille moyenne, nous collons à un besoin” estime Michel Paves.
Il faudra donc compter sur les recommandations des collectivités qui opèrent en délégation de service public pour obtenir des recommandations et ainsi pénétrer ces marchés. Répondre à des appels d’offres n’est pas non plus un problème pour un acteur habitué à ce genre de pratiques auprès des collectivités.
L’expérience lancée il y a “un an et demi” montre des “premières tendances plutôt bonnes” selon les dirigeants de la Smacl.

A côté de cette expérience, Smacl poursuit sur la santé et la prévoyance avec Smacl Assurances, la mutuelle 45 du groupe, qui réalise en 2013 environ 12M d’euros de chiffre d’affaires. Les prévisions portent les cotisations perçues à 40 à 50M d’euros d’ici quatre ans.

L’objectif des quatre ans est important pour Smacl qui vise dans cette période un niveau de fonds propres de 100M d’euros. Actuellement à 56M, c’est encore la faiblesse de la Smacl. L’ambition de développement sera portée par Jean-Luc de Boissieu, secrétaire général du Gema actuellement et désigné pour prendre la présidence de la Smacl en juin prochain.

Retrouvez l’interview complète du président de la Smacl, Michel Paves, dans le JT du 16 décembre.