Fonction publique : La Mutualité Française valide la fusion avec la MFP

chenut marseille
Eric Chenut, président de la Mutualité Française, lors de l'assemblée générale du 6 septembre. Crédit : FNMF.

L’assemblée générale de la fédération nationale de la mutualité française (FNMF) a voté à la fusion avec Mutualité fonction publique (MFP), le tarif de l’adhésion fédérale pour 2023 et la raison d’être du mouvement mutualiste.

Après l’assemblée générale de Mutualité fonction publique le 12 juillet, c’était le tour des délégués de la FNMF de valider le rapprochement entre les deux entités. L’intégration de la MFP au sein de la FNMF a été adopté avec 95% de voix favorables de la part des délégués mutualistes réunis à Marseille, la veille du Congrès de la Mutualité.

Comme l’avait précisé Serge Brichet, président de la MFP, dans nos colonnes, l’idée de ce rapprochement est de réunir au sein d’une seule fédération toutes les mutuelles de la fonction publique, dont certaines sont adhérentes à la FNMF mais pas membres de la MFP. « L’objectif est de continuer à défendre les intérêts des mutuelles de la fonction publique au sein de la FNMF, ce qui permettra de leur donner une audience plus forte auprès des pouvoirs publics », selon Serge Brichet. Dans le cadre de l’intégration de la MFP, Serge Brichet siègera dans le conseil d’administration de la FNMF en qualité d’invité permanent.

Horizon 2024

Le rapprochement aura lieu le 30 juin 2024 au plus tard. Concrètement, la MFP va transférer à la FNMF ses activités et le personnel lié à ces activités, soit une quinzaine de personnes. La seule activité que la MFP ne transférera pas à la FNMF est le conventionnement hospitalier dont bénéficient une dizaine de mutuelles. Le groupe Vyv est bien positionné pour reprendre cette activité, mais aucune décision n’a pas encore été prise dans ce sens.

Pas d’impact sur la cotisation fédérale

L’intégration de la MFP et de ses collaborateurs à la FNMF n’aura pas d’impact sur le montant de l’adhésion à la fédération, qui connaît une baisse progressive depuis des années. Dans le cadre de l’assemblée générale, les délégués ont par ailleurs validé les nouveaux tarifs de l’adhésion fédérale que paient les mutuelles. Pour 2023, 80% du montant de la cotisation correspondra à 0,3469% du chiffre d’affaires des mutuelles adhérentes. 20% du montant de la cotisation s’élèvent à 3,3015€ par membre participant.

Une raison d’être mutualiste

Enfin, la Mutualité Française s’est dotée d’une raison d’être, qui a été rendue publique le 7 septembre : « Se protéger mutuellement aujourd’hui pour, ensemble, construire les solidarités de demain ». La raison d’être est accompagnée d’un manifeste articulé autour de trois axes d’engagement : “Ancrage en proximité”, “cadre démocratique”, “les solutions que nous construisons ensemble”. Concrètement, la raison d’être se traduira opérationnellement dans le cadre d’une feuille de route, avec des objectifs et des indicateurs et suivi.

Que pensez-vous du sujet ?