Finance : Le capital-investissement a relevé la tête en 2013

L’activité des fonds français de capital-investissement s’est redressée en 2013, en partie grâce à une levée de fonds importante, selon une étude de l’Association française des investisseurs pour la croissance (Afic) et du cabinet d’audit Grant Thornton publiée jeudi.

L’an dernier, 6,1Mds d’euros ont été investis, soit une hausse de 7% par rapport à 2012, révèle cette enquête, dont les données ne concernent que les acteurs français du capital-investissement (c’est-à-dire dans les entreprises non cotées) membres de l’Afic.

Le nombre d’entreprises ayant bénéficié de ces fonds est quant à lui stable depuis la crise de 2008. En 2013, il atteint 1.560, soit un record en Europe. “L’année 2013 marque un début de redressement, y compris depuis la crise de 2008. Il y a tout de même deux éléments de modération, à savoir qu’on est loin des montants levés et investis avant la crise, et que la levée de 2013 est tirée par une très belle levée de fonds d’Ardian“, note Louis Godron, président de l’Afic, interrogé par l’AFP.

Par ailleurs, en 2013, le redressement des levées de fonds est particulièrement marqué, à 8,2Mds d’euros, contre 5Mds en 2012. Le secteur a bénéficié d’une fin d’année dynamique et d’une levée de fonds de grande ampleur d’Ardian (ex-Axa Private Equity). L’Afic remarque par ailleurs que les levées de fonds sont toujours inférieures à celles d’avant 2008 et même aux besoins de financement des fonds propres des petites et moyennes entreprises (PME) et entreprises de taille intermédiaire (ETI), estimés à 11Mds d’euros par an.

“La fin d’année a été un peu meilleure avec quelques investisseurs étrangers qui sont venus soutenir le marché français. Ce sont des éléments d’espoir pour 2014, tout comme le regain d’intérêt que montrent les institutionnels français pour le capital-investissement”, ajoute M. Godron.

Pour ce qui est des désinvestissements, ou sorties de fonds, ils s’élèvent
à 5,7Mds d’euros, soit une hausse de 64% par rapport à 2012.

Les sorties via des introductions en Bourse ont un poids croissant, note l’Afic, représentant 410M d’euros en 2013, tout comme les cessions de titres cotés, à 1,048Md.

Paris, 3 avr 2014 (AFP)