Courtage : Erreur de relance de l’Orias sur la RC Pro des courtiers d’assurances

Dans la nuit du 24 au 25 février, l’Orias a subi un dysfonctionnement technique. 18.000 e-mails sont partis par erreur vers des courtiers en assurance, en banque et en finance pour des rappels de pièces justificatives (RC Pro et garantie financière).

Ce 25 février au matin, 18.000 courtiers en assurance (COA), intermédiaires en opérations de banque (IOB) ou conseillers en investissements financiers (CIF), ont reçu un e-mail de l’Orias, le registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finances.
Dans ce courriel, l’organisme qui délivre l’autorisation d’exercer informait de l’arrivée à échéance de pièces justificatives telles que l’assurance responsabilité civile professionnelle ou la garantie financière.

Mail-Orias-Courtiers-Assurance-Erreur

(Cliquez pour agrandir)
Contacté, l’Orias a joué la transparence. “Nous présentons nos excuses aux professionnels pour ce dysfonctionnement. Nous comprenons le stress généré mais ils doivent savoir que ce mail n’a rien changé, les renouvellements sont toujours valables” avance Grégoire Dupont, Secrétaire général de l’organisme.

En pleine période de renouvellements, qui se termineront ce 28 février 2014, l’alerte a été sérieuse et a été relayée sur Twitter par Florian Rey, responsable du développement chez Patrimoine Consultant.

 

Pour faire face aux inquiétudes, l’Orias a renforcé sa hotline. “Les effectifs de la plateforme téléphonique sont passés de 6 à 8 personnes pour répondre aux interrogations. Nous avons reçu plus de 1.000 appels entre 9h et 10h” détaille Grégoire Dupont.
Un e-mail est également en cours d’envoi vers tous les destinataires du courriel erroné pour les rassurer et réaffirmer que les dossiers sont complets.

Mail-Reponse-Orias-Courtier-Assurance-Petit(Cliquez pour agrandir)

Selon les estimations de l’Orias, 18.000 messages sont ainsi partis dans la nuit. 10.000 environ à destination de courtiers d’assurance ou de réassurance, 3 à 4.000 vers des intermédiaires en opération de banques et autant vers des conseillers en investissement financiers. La quasi-totalité des professionnels ne sont pas concernés. “Nous comptons actuellement 92% de complétude (dossiers complets, ndlr) chez les COA, et 88% chez les CIF” poursuit Grégoire Dupont.

Mis en place au 1er décembre 2013, c’est le premier bug majeur noté par l’Orias dans son nouveau système informatique. L’organisme, qui a vu ses missions s’élargir et le nombre des dossiers augmenter sensiblement avec l’arrivée des conseillers en investissements financiers et bientôt les plateformes de financements participatifs (crowdfunding) délivre les attestations obligatoires pour exercer différentes professions liées à la finance.