Ciprés Assurances : Objectif diversification en retraite et dommages

Laurent Ouazana

Ciprés Assurances poursuit sa croissance organique et enregistre en 2017 une hausse de 12,8% de son chiffre d’affaires. Dans une perspective de diversification, une offre de retraite Madelin verra le jour en 2018. Le courtier grossiste envisage également une acquisition en IARD des professionnels.

En 2018, Ciprés Assurances souffle ses 18 bougies et souhaite marquer sa majorité en prenant le virage de la diversification. Si aujourd’hui Ciprés est devenu un acteur important de la prévoyance et la santé des professionnels indépendants, demain il souhaite devenir ” une référence de l’assurance des entrepreneurs ” en intégrant la retraite en 2018 et les dommages pour les pros, dans un avenir proche.

En 2017, le courtier grossiste enregistre un chiffre d’affaires de 74M d’euros, en hausse de 12,8%. Son objectif est d’atteindre 100M d’euros de chiffre d’affaires en 2020. Pendant l’année dernière, environ 800 nouveaux courtiers ont intégré le réseau, pour un total d’environ 5.000 courtiers partenaires. « Nous sommes en avance sur notre objectif d’atteindre 6.000 courtiers en 2020. La bonne nouvelle c’est que les nouveaux courtiers ont une dynamique de production très rapide », affirme Sylvie Langlois, directeur général de Ciprés Assurances.

Cette forte croissance organique aiguise l’appétit du courtier grossiste, qui compte lancer une offre retraite Madelin en 2018, à l’occasion des Journées du Courtage. Le courtier grossiste s’associera avec un acteur de la retraite dont le nom sera dévoilé avant l’été, dans le cadre d’une joint venture. « Nos 5.000 courtiers vendent ou ont vendu de la retraite Madelin. Nous comptons capitaliser sur la relation de confiance qui existe entre le courtier et l’assuré, avec un coût d’acquisition quasi nul », déclare Laurent Ouazana, président de Ciprés Assurances.

La croissance externe à l’étude

Ciprés Assurances a également mandaté un intermédiaire pour envisager une acquisition en assurances dommages. « Pourquoi pas augmenter la masse assurable en faisant l’acquisition d’un portefeuille ? Pourquoi pas en IARD des professionnels ? », a-t-il lancé Laurent Ouazana, qui souhaite rester focalisé sur le risque professionnel.

La courtier grossiste lancera également en 2018 une nouvelle direction « marchés spécialisés », qui vise à identifier des secteurs malaimés des assureurs en termes de risque. « Le secteur des collectivités locales, ou de l’économie sociale et solidaire, par exemple, nous paraissent intéressants, car ils sont composés d’entreprises de toute taille réparties par tout le territoire. Ces collectivités ou entreprises sont proches de notre réseau de courtiers », indique L. Ouazana.

Parmi les chantiers de 2018, Ciprés Assurances souhaite également développer la démarche affinitaire en lançant des offres spécifiques pour les franchises, les femmes entrepreneurs ou les incubateurs de start-ups.

Enfin, sur le chantier de la digitalisation, Ciprés Assurances, compte investir 3M d’euros en trois ans. Un nouvel extranet à destination des courtiers verra le jour en avril 2018, avec le déploiement du progiciel de gestion Cleva ITN.

Bilan sur la suppression de la sélection médicale

L’année 2017, Ciprés Assurances a pris la décision de supprimer complètement la sélection médicale de ses offres prévoyance à destination des TNS, dans un premier temps, et ensuite, à destination des petites entreprises. « Nous sommes un laboratoire R&D et cette révolution a étonné les acteurs traditionnels », affirme Laurent Ouazana, président de Ciprés Assurances, qui s’est dit « fier d’avoir cassé les codes de la protection sociale des TNS et de compter 10.000 nouveaux TNS couverts en prévoyance depuis le lancement de l’offre, en avril 2017 ». Le parcours de souscription a également été revu afin de permettre aux courtiers de faire adhérer un assuré en quatre clics. Ciprés Assurances a aussi renforcé ses équipes techniques pour avoir une analyse fine des données.

Mouvement capitalistique

L’année 2017 a à également été marqué par l’entrée d’Apax Partners au capital du courtier grossiste, une opération qui a permis de faire monter l’équipe dirigeante au capital (38% des parts). Le centre de gestion a également déménagé dans des nouveaux locaux, de Vitré à Rennes (30Km), embarquant l’intégralité des effectifs. Le courtier grossiste a enfin créé un pôle grands comptes afin de proposer des produits et des services spécifiques pour les grandes entreprises.