Chronique : L’environnement concurrentiel pourrait mettre sous pression les notes des réassureurs mondiaux

Dans le cadre de sa chronique mensuelle, l’agence de notation Standard & Poor’s présente ses perspectives pour le marché de la réassurance et l’évolution possible des notes des réassureurs.

Selon Standard & Poor’s, la concurrence sur le marché de la réassurance mondiale gagne en intensité. Les volumes de primes diminuent et un afflux de capitaux extérieurs continue d’alimenter le secteur et aggrave le problème de sa surcapacité. Cette situation pourrait menacer la position concurrentielle des réassureurs et leur capacité à préserver leur solidité financière. Nous anticipons également un potentiel plus élevé de volatilité des résultats, notamment du fait de la faiblesse de la tarification.

Cependant, les réassureurs mondiaux cherchent à atténuer les effets de cette âpre concurrence sur leur activité. Globalement, nous n’avons pas constaté jusqu’ici que les réassureurs mondiaux aient réduit leurs tarifs pour conserver leurs parts de marché. Ils sont plutôt à la recherche de marchés plus profitables, ou orientent leur stratégie de placement vers des actifs plus risqués afin d’augmenter les rendements de leurs portefeuilles. Certains des réassureurs les plus solides et les plus diversifiés, réduisent légèrement leur exposition aux couvertures des catastrophes naturelles, où les tarifs ont sensiblement chutés.
Enfin, pour les réassureurs de plus petite taille, nous constatons une tendance au rapprochement afin de faire des économies d’échelles. Cela étant dit, nos notes de solidité financière des réassureurs restent sensibles à nos appréciations de leurs profils de risque opérationnel et de leur exposition aux risques.

Note de solidité financière moyenne de “A” pour 23 réassureurs mondiaux

Nous notons aussi une accélération de la tendance des assureurs de taille importante à optimiser le coût de leur réassurance en achetant les protections au niveau du groupe et non plus au niveau des entités opérationnelles. Cette approche simplifie les programmes de réassurance et réduit le besoin des assureurs en nombre de réassureurs nécessaires à leur protection. En conséquence, les réassureurs les plus petits et les moins diversifiés, notamment ceux concentrés sur les risques catastrophes, verront une pression sur leur position de marché. Nous pourrions ainsi refléter dans nos notes de solidité financière un affaiblissement des positions concurrentielles, un risque sectoriel plus élevé ou de moindres niveaux de résultats.

Plusieurs réassureurs internationaux, parmi les 23 que nous notons, bénéficient d’une solvabilité ajustée du risque au moins solide, de positions concurrentielles solides et de cadres de gestion des risques également solides. Ces forces ont contribué ces dernières années à la stabilité de nos notes dans le secteur. La note de solidité financière moyenne de ces 23 réassureurs reste solide, à savoir de niveau “A”.

Gwénaëlle Gibert
Directrice Associée, Secteur Assurance
Standard & Poor’s Ratings Services