Cat’ Nat’ : Les villes sont surexposées aux catastrophes naturelles

Les centres urbains sont très exposés aux risques naturels et pourraient mettre en péril l’économie d’un pays tout entier, révèle une étude du réassureur Swiss Re.

Sur un peu plus de 6 milliards d’habitants, 660 millions d’habitants, soit 1 sur 10, sont des citadins exposés à de graves catastrophes naturelles. Les crues sont les catastrophes les plus menaçantes à travers le monde, avec un potentiel de 380 millions de personnes menacées, quand les tremblements de terre représentent 280 millions de citadins. Dans certaines pays, une ville touchée pourrait déstabiliser l’économie du pays tout entier. C’est le cas par exemple pour Lima, au Pérou, ou San José, au Costa Rica.

Dans une étude, le réassureur Swiss Re a analysé 616 villes en fonction de profils de catastrophes. Celles-ci, au nombre de cinq, sont les inondations, les tempêtes, les ondes de tempête, les séismes et les tsunamis catastrophiques. L’objectif de Swiss Re est de faire réfléchir. “Nous devons mieux comprendre ce qui permettrait aux villes de devenir plus résilientes et quelles décisions, en matière d’investissements et d’infrastructure, seraient de nature à minimiser les pertes en termes de vie, de biens matériels et de production économique.

Sans surprise, Tokyo et plus particulièrement l’agglomération Tokyo-Yokohama est la zone la plus sensible au monde. Selon Swiss Re, la région urbaine japonaise concentre 57,1 millions d’habitants, et représente un indice de “jours de travail perdus” de 4,5.
Dans ce classement, la ville de Manille représente une région de 34,6 millions de personnes et un indice du nombre de jours ramené au niveau national de 1,95. En clair, Si Manille est touchée, les Philippines sont déstabilisées beaucoup plus que s’il s’agissait de New York ou Los Angeles.

Amsterdam-Rotterdam est la zone géographique européenne la plus sensible. Si elle est loin dans le classement en termes d’habitants (hors du top 10), elle représente un impact important ramené à la taille du pays avec un indice de 1,31, juste derrière Manille.
Enfin, parmi les zones où l’activité est la plus concentrée, Amsterdam-Rotterdam, New York-Newark, Los Angeles, San Franciso et Paris apparaissent dans le classement, mais avec des indices compris entre 0,96 et 0,46 alors que Tokyo représente un indice de 4,5.