Assurance-vie : Monceau fait le choix de rendements élevés, sans réserves

Alors qu’une grande majorité des assureurs-vie a profité de 2013 pour constituer des réserves, Monceau Assurances maintien une politique de taux élevés, sans provisions.

Monceau Assurances allie les valeurs mutualistes et la performance. Les taux de rendement de ses contrats d’assurance-vie pour 2013 figurent dans le haut du tableau, à l’exemple des 3,76,% (3,37 % en 2012) pour le fonds euro du contrat multisupport Dynavie, diffusé depuis 1997 par la filiale Capma-Capmi, dont l’encours est de 748M d’euros et des 3,77 % (3,42 % en 2012) pour le Carnet Multi Epargne, fermé à la souscription depuis 1997.

Ces taux traduisent une continuité de la politique du Groupe menée depuis près de vingt ans. “Nous avons une politique de gestion éthique en appliquant des règles de rigueur. Notre gestion est cantonnée afin d’éviter que les contrats fermés dopent les performances des nouveaux contrats et nous distribuons les revenus acquis dans l’année au titre des contrats concernés. A la différence de la plupart des assureurs-vie, nous n’avons pas de PPE permettant de lisser les performances dans le temps, car cela ne correspond pas à nos principes mutualistes. Nous annonçons donc des taux vérité“, précise Gilles Dupin, directeur général de Monceau Assurances. Il reconnait toutefois que cette politique peut conduire à davantage de volatilité dans la performance, mais qu’elle est beaucoup plus équitable vis-à-vis des sociétaires, puisque ceux-ci perçoivent chaque année le fruit de leur épargne.

A l’occasion de cette annonce, Gilles Dupin a indiqué la composition du fonds en euro du contrat Dynavie, dont l’allocation d’actifs est devenue plus diversifiée par rapport à ce qu’elle était il y a cinq ans. Elle reste cependant majoritairement obligataire : obligations souveraines, notamment italiennes offrant un rendement satisfaisant, obligations corporate et des OPCVM obligataires et convertibles. 57 % de ce portefeuille obligataire est indexé sur l’inflation. Les actions représentent 11 % du portefeuille tout comme les liquidités et l’immobilier, en progression constante est à 5,5 %. L’objectif de Gilles Dupin est de maintenir cette tendance haussière dans un contexte de tension sur les taux.