Assurance santé : Les candidats à la présidentielle passent leur grand oral

Mardi 21 février, 5 candidats à l’élection présidentielle dévoilaient leurs ambitions en matière de santé à l’invitation de la Mutualité française. Emmanuel Macron, Nicolas Dupont-Aignan, Benoît Hamon, Yannick Jadot et François Fillon se sont succédés sur scène. Pendant une trentaine de minutes chacun, ils ont présenté les grandes lignes de leur programme.

Sur scène, il a été beaucoup question de prévention. Emmanuel Macron, Benoit Hamon ou encore François Fillon misent ainsi sur la prévention comme préalable à la baisse des dépenses de santé, suivant ce raisonnement : mieux on prévient, moins les Français tombent malades et ont recours aux soins. Peu de mesures concrètes sur ce sujet, si ce n’est le candidat de la droite et du centre qui propose la prise en charge par la Sécurité sociale d’une consultation préventive tous les deux ans.

Chacun y est aussi allé de son Ondam. Emmanuel Macron annonce 2,3% entre 2018 et 2022. Nicolas Dupont-Aignan évoque entre 2,5% et 3% quand François Fillon indique moins de 2%. Malgré leur différences, tous les postulants au titre de chef des armées semblent toutefois avoir un point d’accord : baisser le reste à charge en optique, en dentaire et sur l’auditif, en redéfinissant le partenariat entre Assurance maladie et organismes complémentaires (François Fillon, ou en mettant en concurrence les complémentaires par des contrats plus lisibles (Emmanuel Macron), ou en augmentant la part remboursée par l’Assurance maladie (Benoît Hamon).

À noter que, hormis les Ondam, les candidats auront livré très peu de chiffres. On sent que les programmes restent encore très généraux et leur calibrage très flou.

Voir le détail de ce que les candidats ont dévoilé

Voir les réactions de Thierry Baudet, président de la FNMF aux propositions des candidats