April : Bruno Rousset envisage de céder ses parts

Bruno Rousset, fondateur d'April

Le fondateur du groupe d’assurances spécialisées April Bruno Rousset réfléchit à une possible cession de ses parts et d’éventuels repreneurs se sont montrés intéressés, a indiqué mardi l’entreprise.

“April indique avoir initié des discussions avec son actionnaire majoritaire dans le cadre de l’analyse des différentes options stratégiques et des possibles évolutions de sa participation au capital de la société”, a annoncé le groupe dans un communiqué. April a ainsi reçu des “manifestations d’intérêt préliminaires”, a-t-elle ajouté, sans identifier les possibles repreneurs.

La société lyonnaise souligne qu’“elle ne commentera pas davantage d’éventuelles discussions et communiquera en temps voulu”. April précise que ce communiqué a été publié à la suite de rumeurs de marché, qui ont fait bondir le titre de 9,16%, à la Bourse de Paris. A ce prix, la société était valorisée à 560 millions d’euros. M. Rousset, qui a fondé April il y a trente ans, détient encore 65,1% du capital de l’entreprise à travers sa holding personnelle Evolem.

Le moment choisi pour envisager un éventuel désengagement correspond à un sensible redressement de l’activité de l’entreprise après plusieurs années difficiles. Le titre April reste toutefois très loin de son plus haut historique, puisqu’il valait plus de 47 euros il y a dix ans. Le groupe lyonnais avait indiqué un peu plus tôt s’attendre à une progression de son résultat opérationnel courant pour l’exercice en cours “dans le haut de la fourchette” de 6% à 10% déjà annoncée, grâce au dynamisme de son activité.

Au cours des neuf premiers mois de l’année, le groupe a enregistré un chiffre d’affaires de 748,8 millions d’euros, en hausse de 8,5%. L’activité de courtage, peu dynamique en début d’année, s’est redressée (+4,1%), alors que l’activité d’assurance a continué à croître fortement (+13,9%). L’activité de courtage consiste pour April à concevoir des produits d’assurance et à les commercialiser avant d’en rétrocéder le risque à des groupes spécialisés, ne conservant qu’une commission sur le montant du contrat. En assurances, April assume lui-même le risque.