ANI : AG2R La Mondiale compte conquérir 10% du marché

VIDEOS – AG2R La Mondiale confie le développement de l’Accord national interprofessionnel (ANI) à sa nouvelle marque Viasanté et annonce des objectifs ambitieux.

Le groupe AG2R La Mondiale compte bien obtenir sa part du gâteau de l’ANI. De fait, lors d’une conférence de presse, mercredi 20 mai, l’assureur a annoncé vouloir engranger 300M d’euros et conquérir 10% des parts du marché de l’ANI. 

La généralisation de la complémentaire santé a lancé une guerre des prix entre les assureurs qu’AG2R La Mondiale ne voit pas d’un bon oeil. “Casser les prix n’est pas la bonne solution” indique Philippe Dabat, directeur délégué général, au contraire selon lui, le rôle des assureurs et d’expliquer aux patrons que “cela coûte moins cher de payer 100 euros de mutuelle que 100 euros de salaire.

Ainsi pour se différencier sur un marché ultra compétitif, l’assureur entend bien miser sur le digital en passant par un diagnostic en ligne qui se réalise en “2 minutes 33 secondes exactement“. Le choix du contrat peut lui aussi se faire en ligne. AG2R La Mondiale propose pour les entreprises de moins de 100 salariés une offre Flexéo Santé  qui comprend 13 formules obligatoires au choix qui peuvent être complétées par “4 renforts collectifs facultatifs” qui pourront elles-mêmes être complétée par des surcomplémentaires individuelles (Flexéo Santé +) par les salariées qui en voient la nécessité.  

NA-PRO-AG2R-LA-MONDIALE-ANI

Le chef d’entreprise peut créer et souscrire son assurance en ligne. Cette dernière étape peut être entièrement dématérialisée s’il le souhaite. Le groupe s’est doté d’un outil informatique capable de traiter jusqu’à 18.000 dossiers par jour.  

Afin de sensibiliser les patrons à la santé et au bien-être au travail, AG2R La Mondiale met en place des services spécifiques. Ainsi dans une logique d’accompagnement l’assureur propose de la prévention, mais aussi des outils de gestion et de suivi de la santé du chef d’entreprise ainsi que l’aide à la gestion des aléas de la vie privée dans les cas où cela viendrait perturber la vie professionnelle entre autres.

Enfin Denis Saules, le directeur général de Viasanté estime qu’il faudra attendre environ trois ans après la mise en place de l’ANI pour stabiliser les assurés et les bénéfices.