Acquisition : STE approuve l’offre relevée de SMABTP

Le conseil d’administration de la Société de la Tour Eiffel (STE) a rendu un avis positif concernant l’offre publique d’achat déposée par la mutuelle d’assurance SMABTP dont le montant a été récemment relevé, a annoncé la foncière mardi.

La Société mutuelle d’assurance du bâtiment et des travaux publics propose d’acquérir chaque action STE au prix de 53 euros, contre 48 euros initialement, selon un avis publié mercredi par l’AMF. Le conseil d’administration “considère à l’unanimité que l’offre en surenchère emporte une amélioration significative des conditions proposées et est conforme à l’intérêt de la société, de ses actionnaires et de ses salariés”, indique le communiqué.

Le cours de 53 euros par action n’a jamais été atteint depuis août 2011 alors que sur la même période plus de 100% du capital de STE a été échangé. Autrefois exploitante du célèbre monument parisien éponyme, la Société de la Tour Eiffel est aujourd’hui spécialisée dans l’immobilier d’entreprise.

Ouverte le 7 mars, cette tentative de rachat a fait l’objet une semaine plus tard d’un recours de l’homme d’affaires Chuc Hoang – principal actionnaire de STE avec 29% du capital – devant la Cour d’appel de Paris, accompagné d’une demande de suspension de l’opération.

Favorable à l’offre d’achat, le conseil d’administration de la Société de la Tour Eiffel avait déploré ce contretemps, décrit comme une “nouvelle perturbation pour la société, ses clients et ses salariés”. La Cour d’appel a rejeté le 10 avril le recours du principal actionnaire et ainsi permis à l’opération, d’un montant dépassant potentiellement les 330M d’euros, de se poursuivre.

SMABTP a décidé de déposer une offre en surenchère d’environ 10% après avoir pris connaissance des “résultats honorables” de la société, communiqués fin mars. Cette nouvelle offre, courant jusqu’au 23 mai, concerne la totalité des 6.253.916 actions Tour Eiffel existantes, et un supplément maximum de 28.427 actions nouvelles susceptibles d’être émises avant la clôture de l’offre ou en cas de réouverture de celle-ci.

Elle comporte un seuil de renonciation fixé à 40% du capital et des droits de vote de la société sur une base diluée. Dans le cas où SMABTP détiendrait au terme de l’offre plus de 60% des actions STE, la société perdrait le bénéfice du régime fiscal SIIC rétroactivement à compter du 1er janvier 2014, précise le communiqué.