Acquisition : Société de la Tour Eiffel espère que SMABTP relèvera son offre

Le conseil d’administration de la Société de la Tour Eiffel (STE) souhaite que la mutuelle d’assurances SMABTP concrétise son intention de relever l’offre qu’elle a lancée sur son capital, a-t-il annoncé mardi.

Réuni lundi, le conseil d’administration a pris connaissance des déclarations de SMABTP le 2 avril, dans lesquelles ce dernier “envisage le dépôt d’une offre publique en surenchère d’environ 10% sur le prix de son offre initiale proposée en numéraire”, annonce STE dans un communiqué.

Le conseil d’administration juge qu’une “augmentation du prix proposé serait dans l’intérêt des actionnaires” et annonce qu’il étudiera “dans les plus brefs délais l’offre en surenchère” dès que celle-ci se sera concrétisée.

Il espère en outre que “les conditions seront réunies dans un futur proche afin de permettre à la société d’avoir un actionnariat stabilisé pour poursuivre son développement”, dit-il.

Le conseil prend note par ailleurs, de la contrainte stipulée par SMABTP, pour qui “cette surenchère ne pourrait avoir lieu que dans le cadre d’un calendrier proche de celui donné à titre indicatif dans la note d’information visée par l’Autorité des marchés financiers (AMF) le 4 mars 2014”.

Enfin, il souligne que SMABTP “confirme son intention de maintenir le régime fiscal de SIIC applicable à la société à condition que sa détention soit, à l’issue de l’offre, inférieure à 67% du capital et des droits de vote”. Le conseil d’administration de STE avait déjà jugé cette offre conforme à l’intérêt de la société et de ses salariés, mais avait exprimé des réserves sur son prix.

La SMABTP a déposé fin janvier auprès de l’AMF un projet d’offre d’achat de 48 euros par titre, d’un montant de 300M d’euros, pour acquérir la totalité des actions de la STE. Le 4 mars, le gendarme boursier a donné son feu vert à l’opération.

Mais l’actionnaire principal de la STE, l’homme d’affaires Chuc Hoang – lequel détient environ 29% du capital et des droits de vote – s’oppose à l’opération et a déposé un recours auprès de la Cour d’appel de Paris.  Une audience de la Cour d’appel est prévue mercredi sur cette affaire.