Voile : Objectif Vendée Globe pour la MACSF

La MACSF a présenté son projet voile pour les deux prochaines années. Un projet qui l’emmènera sur le Vendée Globe avec son Imoca barré par Bertrand de Broc.

L’aventure entre la MACSF et Bertrand de Broc commence réellement en 2010 par une simple publicité. Une publicité que le skipper voit dans une revue qu’il feuillette. Ce dernier adresse alors un courrier à la mutuelle d’assurance pour lui proposer ses services. Quatre mois plus tard, il est rappelé pour participer au projet Windincap, un tour d’Europe embarquant des personnes à mobilité réduite. “Puis nous sommes perdus de vue”, explique Bertrand de Broc. Jusqu’à une course organisée par une filiale de la MACSF à laquelle il participe. “Ils m’ont ensuite recontacté pour la dernière Route du Rhum. Il souhaitait faire partie de l’aventure ‘Votre nom autour du monde’.”

Et voilà le skipper quimpérois à la barre du prochain bateau estampillé MACSF, même si certains des anciens partenaires de Bertrand de Broc pourront apparaître sur le flocage. L’objectif est de préparer le Vendée Globe 2016. Le bateau ne sera ni plus ni moins que celui racheté par Bertrand de Broc en 2012 à Brit’Air et avec lequel il a notamment participé au Vendée Globe 2012-2013.

L’équivalent de deux campagnes radio

Actuellement à Barcelone, le 60 pieds doit rejoindre les chantiers de Lorient pour une cure de jouvence. “Deux mois et demi de chantier sont prévus”, indique Bertrand de Broc. Après quoi il participera à la Fastnet Race, puis à la Azimuth Race et à la Transat Jacques Vabre. “J’aimerais bien m’attaquer au record de l’Atlantique en solitaire, mais ce n’est pas prévu à mon programme pour le moment”, lance malicieusement Bertrand de Broc à Stéphane Dessirier à Philippe Eveilleau, respectivement directeur général et président du groupe MACSF.

Côté budget, aucune information précise ne sera donnée. Tout au plus lâchera-t-on qu’il est équivalent à deux spots diffusés en radio. Avec un avantage selon Stéphane Dessirier. “Le Vendée Globe nous permettra de coupler le son à l’image. Beaucoup de nos sociétaires ont du mal à prononcer MACSF. Et ils ne nous identifient pas forcément à l’occasion d’une publicité radio. La voile nous permet en outre de toucher notre cœur de cible, à savoir les professionnels de santé. Beaucoup sont des amoureux de la voile. A la radio, nous touchons un public plus large mais que nous ne pouvons pas assurer du fait de nos statuts.”