Transports : Les assureurs sollicités sur le second crash de la Malaysia Airlines

Les pertes humaines, ainsi que celle du Boeing 777, consécutives au crash d’un avion de ligne de la Malaysia Airlines en Ukraine, devraient être couvertes par les assureurs de la compagnie aérienne, selon des spécialistes de l’assurance interrogés vendredi par l’AFP.

“Dans un tel cas, deux types d’assurances sont activées”, a expliqué une source proche du secteur. Les pertes humaines parmi les passagers sont couvertes par la Convention internationale de Montréal de 1999, dont la Malaisie est signataire.

Celle-ci rend la compagnie aérienne responsable de “la mort ou des blessures d’un passager, à condition que le décès ou les blessures surviennent à bord de l’appareil ou au cours de l’embarquement ou de la descente de l’avion”.

Selon cette convention, la compagnie peut être amenée à payer pour chaque passager jusqu’à 100.000 “droits de tirage spéciaux” (SDR), une unité internationale dont la valeur repose sur un panier de devises. Vendredi, un SDR valait 1,541142 dollars, selon le site internet du Fonds monétaire international (FMI), ce qui signifie que les proches de chaque passager pourraient recevoir jusqu’à 154.114 dollars (114.000 euros environ).

Pour ce qui concerne le Boeing 777, celui-ci devrait être couvert par la garantie relative aux actes de guerre, activée lorsqu’un avion a été touché par un missile. Interrogé par l’AFP, l’allemand Allianz Global Corporate et Specialty, chef de file des assureurs de l’avion, a répondu qu’il était “bien trop tôt” pour réagir aux conséquences de ce crash. Selon une source du secteur de l’assurance, l’avion pourrait être assuré à “hauteur de 100M de dollars” (environ 74M d’euros).

“In fine, il appartiendra aux assureurs ayant pris en charge les indemnisations de se retourner contre les responsables du crash de l’avion”, a souligné cette source.