Stratégie : Ciprés va la jouer collective en 2015 et au-delà

VIDEOS – Après une bonne année 2014 en terme de résultats, Ciprés s’attend à une année 2015 chargée avec l’entrée en vigueur de la complémentaire pour tous, même s’il n’y aura pas de grand soir de l’ANI selon le courtier.

Quand on est un courtier spécialiste de la protection sociale complémentaire, la mise en place de l’ANI est forcément une opportunité à saisir. C’est bien la carte que compte jouer Ciprés après une année 2014 durant laquelle le chiffre d’affaires a augmenté de 25% et marquée par l’arrivée d’un fonds d’investissement au capital.

Ce réseau de proximité permettra à Ciprés d’assoir son maillage territorial, élément crucial dans la bataille de l’ANI. La complémentaire pour tous concerne en effet les TPE et PME qui chercheront avant tout à trouver un interlocuteur près de leur localisation géographique. “Nous sommes persuadés que le face-à-face pédagogique est indispensable dans l’équipement des entreprises”, affirme Laurent Ouazana, président de Ciprés. Le courtier va donc muscler ses équipes commerciales et son offre à l’attention des PME. Tout en étant convaincu qu’il n’y aura pas de grand soir de l’ANI.

Le digital interviendra quant à lui comme outil de gestion pour les courtiers, les salariés et les chefs d’entreprise. “Notre projet est de créer un mixte entre le courtier et les salariés qui ne vont peut-être pas se satisfaire de la couverture proposée par leur entreprise et qui vont avoir des besoins en matière de surcomplémentaires”, indique Sylvie Langlois, directrice générale de Ciprés. Le digital permettra donc aussi aux courtiers d’industrialiser le processus de souscription des surcomplémentaires, “ce qui sera moins générateur de temps perdu. Car le nerf de la guerre est avant tout de convaincre l’entrepreneur de choisir une solution assurantielle pour son entreprise”, poursuit Sylvie Langlois.

Ainsi, au-delà de l’ANI, le courtier cible les TNS