Start-up : Soutenue par la Maif, Guest to Guest part à la conquête de l’Ouest

La start-up française Guest to Guest s’est appuyée sur une levée de fonds de 33 millions d’euros pour acquérir son équivalent américain Home Exchange. Et qui dit Guest to Guest, dit Maif.

Voilà près de deux ans que le groupe Maif et la start-up de partage de maisons Guest to Guest convolent. En mai 2015, la mutuelle niortaise avait investi quelque 4 millions d’euros dans la plateforme.

Les deux partenaires voient leur aventure prendre une nouvelle dimension. Guest to Guest a en effet opéré une levée de fonds 33 millions d’euros pour s’emparer de Home Exchange, son équivalent made in USA, et présent en France depuis 2005 sous la bannière Trocmaison. Le groupe Maif n’est pas le seul investisseur à avoir mis la main au portefeuille pour lancer la start-up française à la conquête de l’Ouest. Mais il est le principal.

Côté assurance, les utilisateurs de Guest to Guest bénéficient d’une couverture développée en partenariat avec le groupe Maif. En revanche aucun partenariat du côté de Home Exchange. Les conditions d’utilisation de la version française de la start-up américaine précise qu’il « incombe aux Membres de vérifier leur propre couverture d’assurance et la couverture assurée par leur Partenaire d’Échange, y compris pour l’assurance auto, sur les biens et la responsabilité civile. »

Reste qu’à court terme « les deux marques vont continuer d’évoluer chacune de leur côté. Le sujet de l’assurance n’est pas sur la table », confie-t-on chez Guest to Guest. Les deux modèles économiques sont en effet totalement différents. Home Exchange propose ainsi une inscription à 130 euros par an pour un échange illimité de maison. Guest to Guest se rémunère sur les services optionnels que sont les cautions ou les services d’assurance.

Avec près de 300.000 maisons proposées en échanges sur la plateforme Guest to Guest et un peu plus de 65.000 pour Home Exchange, le catalogue frôle la barre des 400.000 maisons en catalogue.