Risque systémique : La faillite d’un assureur serait “sans danger”, selon Henri de Castries

Interrogé dans les colonnes du journal allemand Handelszeitung, Henri de Castries, PDG du groupe Axa, a estimé que si un assureur devait faire faillite, cela serait “sans danger” pour le système financier mondial.

Déjà consultés sur la question du « too big to fail » en début d’été dernier, les assureurs avaient affirmé qu’ils ne se sentaient pas concernés par le risque systémique, risque qui impacte principalement les banques depuis la crise financière de 2007-2008.

Dans une interview accordée au journal allemand Handelszeitung, et reprise par l’agence d’information économique Ecofin, Henri de Castries, confirme cette position. Selon le PDG du groupe Axa, les principaux assureurs ne sont pas assez importants pour entraîner une faillite généralisée du marché. “Si un assureur devait faire faillite, ce qui est extrêmement rare, cette faillite serait danger pour le système financier mondial”, explique-t-il.

Au passage, le PDG d’Axa, refuse d’être comparé aux établissements bancaires. “Le modèle d’affaires est complètement différent de celui de l’assureur. Par conséquent, il est faux de jeter les deux dans le même panier”.

“Se retirer de certains secteurs”

Axa, qui fait partie des 9 sociétés d’assurance visées par le FSB (Conseil de Stabilité Financières) comme présentant un risque systémique, devra d’ici 2019 augmenter ses fonds propres pour couvrir les risques qu’il représente pour le système financier international en cas de faillite.

Cette réglementation renforcée pourrait pousser Henri de Castries à prendre des mesures plus radicales quant aux activités du groupe. “Si les exigences en matières de capitaux deviennent trop sévères, nous serons obligés de nous retirer de certains secteurs, car nous ne serions plus en mesure de couvrir correctement une assurance”, a-t-il prévenu.