Résultats semestriels : effets de changes défavorables pour CNP

CNP Assurances a communiqué un bénéfice net en légère hausse de 0,8% au premier semestre 2016, freiné par les changes, en particulier en Amérique du Sud.

CNP Assurances, premier assureur de personnes en France, a enregistré un bénéfice net au premier semestre en légère progression de 0,8% à 620 millions d’euros, freiné par un effet de change
défavorable, selon un communiqué publié jeudi. A périmètre et change constants, le bénéfice net est en revanche en nette hausse (+8,7%), ce différentiel témoignant d’un « impact fort du change« , a précisé Antoine Lissowski, directeur général adjoint du groupe, lors d’une conférence téléphonique.
L’assureur, qui ne détaille pas ses résultats sur le deuxième trimestre, a vu son chiffre d’affaires progresser de 6,4% (+10,2% à périmètre et change constants) à 17,26 milliards d’euros, soutenu par le dynamisme des ventes en France (+9,7%) qui atteignent 13,7 milliards d’euros. « Nos résultats sont tout à fait robustes« , s’est pour sa part félicité Frédéric Lavenir, directeur général du groupe, lors d’une conférence de presse. L’activité en France a été tirée par une collecte nette en épargne-retraite largement positive en unités de compte (1,1 milliard d’euros).

Baisse du chiffre d’affaires en Amérique du Sud

En Amérique Latine, le chiffre d’affaires pâtit des effets de change. Au Brésil, où CNP Assurances est solidement implanté, il est en baisse de 10,8% en données publiées, mais en hausse de 11,3% à données constantes, à 1,54 milliards d’euros. La situation macroéconomique du Brésil « n’est pas bonne aujourd’hui » et « ceci rend d’autant plus remarquable les résultats que nous continuons de
dégager« , s’est targué M. Lavenir, soulignant la progression de la part de marché (+0,5 point au premier semestre) de la filiale Caixa Seguradora. En Europe hors France, l’assureur bénéficie d’une bonne performance de sa filiale en assurance-emprunteur, CNP Santander Insurance, dont le chiffre d’affaires progresse de 33,6% à 189,5 millions d’euros, lui permettant d’être présent en Europe du Nord et en Pologne, zones dans lesquelles le groupe n’opérait pas auparavant, a indiqué de son côté M. Lissowski. En raison de l’évolution de son modèle d’affaires de plus en plus orienté vers la prévoyance-protection, le groupe a fourni pour la première fois un ratio combiné (indemnisation des sinistres et frais rapportés aux primes perçues), un indicateur essentiel pour évaluer la rentabilité technique d’un assureur. Sur le premier semestre, ce ratio s’est établi à 85,2%. En dessous de 100%, il signifie que l’assureur est rentable sur son activité, le montant des primes perçues dépassant celui des dépenses. Insistant sur la « situation saine » de son groupe, le patron de CNP Assurances a néanmoins prévenu que la baisse du niveau de rémunération des contrats d’assurance vie ces dernières années allait se poursuivre. « Le niveau de rémunération des contrats est en décalage par rapport au contexte de taux d’intérêt« , a-t-il affirmé, l’estimant « pas cohérent avec le
contexte macroéconomique » actuel. L’an dernier, cette rémunération a été abaissée de 0,30 point de pourcentage chez CNP Assurances, a rappelé M. Lavenir.