Résultats 2016 : Axa franchit la barre des 100Mds d’euros de chiffre d’affaires

INFOGRAPHIES/VIDEOS – L’assureur AXA a dégagé un bénéfice net en hausse de 4% à 5,83 milliards d’euros en 2016, soutenu par les activités vie, épargne, retraite et dommages. Pour la première fois de son histoire, il dépasse la barre des 100Mds d’euros de chiffes d’affaires.

Pour la première fois, le chiffre d’affaires d’Axa, deuxième assureur européen derrière l’allemand Allianz, a franchi la barre des 100 milliards d’euros (100,2 milliards d’euros), augmentant de 2%. Le résultat opérationnel, qui reflète la performance du groupe sur sa seule activité, est ressorti également en progression de 3% à 5,69 milliards d’euros.

« Ces résultats constituent une première preuve de la pertinence des orientations que nous avons présentées le 21 juin 2016 dans le cadre de notre nouveau plan stratégique Ambition 2020 », a déclaré Gérald Harlin, directeur financier du groupe. Un constat partagé par Thomas Buberl, directeur général du groupe

Dans le détail, les revenus du segment vie, épargne, retraite ont progressé de 2% à 60,3 milliards d’euros, bénéficiant notamment de la croissance de l’activité sur les marchés émergents particulièrement en Chine et à Hong Kong. Dans la branche dommages, le chiffre d’affaires est ressorti également en progression de 2% à 35,6 milliards d’euros, principalement soutenu par une hausse tarifaire de 2,7% en moyenne, indique l’assureur dans un communiqué. En revanche, l’activité de gestion d’actifs voit ses revenus baisser de 3% à 3,7 milliards d’euros, pâtissant de la perte des actifs de l’assureur vie Friends Life passé chez Aviva, a souligné Gérald Harlin.

La collecte nette qui a atteint 45 milliards d’euros, ressort positive pour Axa IM (56 milliards) mais négative pour la filiale américaine AB (-12 milliards d’euros).

Le ratio combiné se détériore de 0,5 point à 96,5%. Une dégradation qui s’explique par « la croissance des frais d’acquisitions sur les commercial lines et une moindre reprise de réserve », a indiqué le directeur financier du groupe. Même tendance pour le ratio de solvabilité qui passe de 205% à 197%, principalement en raison des taux bas selon Gérald Harlin.

Interrogé sur les perspectives d’acquisitions, Thomas Buberl a une nouvelle fois balayé l’idée d’un rapprochement avec Generali. « Nous avons atteint une taille critique. Nous n’avons pas besoin d’acquérir de grands groupes », a-t-il précisé.

Les marchés prioritaires du groupe Axa restent ainsi l’Asie et les commercial lines comme en atteste la croissance des frais d’acquisitions venus gréver le ratio combiné du groupe. D’un point de vue géographique, l’Asie demeure un axe de développement fort pour l’assureur.

Avec Agences