Résultats 2014 : “Une année de consolidation” pour le groupe Macif

VIDEOS/INFOGRAPHIES – La plupart des indicateurs du groupe Macif sont au vert pour l’exercice 2014. De bonne augure selon la mutuelle d’assurance alors que le plan stratégique moyen terme arrive à échéance à la fin de cette année 2015.

En 2014, le Groupe Macif a réalisé un chiffre d’affaires de 5,905Mds d’euros, en hausse de 4% par rapport à 2013 (5,690Mds d’euros). Une croissance largement tirée par le pôle santé/prévoyance (+17%), même si toutes les activités ont évolué à la hausse

Le résultat net du groupe bondit quant à lui de 43% à 183M d’euros porté pour près de la moitié par le pôle Iard du groupe.

En dommages, le groupe a poursuivi sa politique de maîtrise des frais de gestion pour ramener son ratio combiné vers la barre fatidique des 100%. Au total, les frais généraux ont baissé de 50M d’euros pour Macif et 12M pour Macif-Mutualité. Le ratio combiné se trouve ainsi réduit de près de deux points à 102,6% contre 104,2% en 2013.

La charge de sinistre s’est quant à elle montée à 250M d’euros (80M d’euros net de réassurance), “dont 150M pour le seul épisode de grêle de la Pentecôte”, précise Olivier Arlès, directeur général délégué en charge du pilotage économique et financier du groupe Macif.
Outre cette maîtrise des coûts, d’autres facteurs expliquent la bonne tenue des comptes du groupe en 2014, “comme la suppression des foyers de pertes tels qu’Altima, Macif Portugal, et la fin des activités d’Idmacif”, détaille Jean-Marc Raby, directeur général du groupe Macif

Le pôle santé/prévoyance affiche une bonne vigueur en 2014 (+17% de CA). Un résultat essentiellement due à l’entrée de la Mutuelle nationale des personnels d’Air France (MNPAF). “Sans cette opération de croissance externe, l’activité aurait augmenté autour de 2%”, indique Olivier Arlès.

Du côté de l’assurance-vie, la collecte nette s’est établie à 570M d’euros en hausse de 20%. “Nous faisons un peu moins bien que le marché parce que nous avons choisi une politique de souscription, plutôt qu’une politique de versement”, explique Jean-Marc Raby. Conscient de l’enjeu de pousser vers les unités de comptes, le groupe prévoit de mettre sur le marché un nouveau contrat multisupport.

Fort des ces signaux positifs, le groupe Macif, entame la dernière année de son projet stratégique confiant vis-à-vis des objectifs qu’il s’était fixé.

Parmi les chantiers qui l’attendent, Sferen figure en bonne position. “Le chantier a été suspendu dans l’attente des textes réglementaires. Maintenant que les textes ont été transposés, nous pouvons à nouveau avancer”, déclare Alain Montarant, président du Groupe Macif.
La généralisation de la complémentaire santé fait également partie des préoccupations de la mutuelle d’assurance, d’autant que 30% de son portefeuille en santé individuelle seraient menacés par le basculement vers la collective. Le marché reste toutefois difficile à appréhender selon Jean-Marc Raby.