Résultats 2012 : Bas de cycle pour les Institutions de Prévoyance

    Selon le CTIP, les institutions de prévoyance ont vu leur résultats baisser de 40% en 2012 sous l’action conjuguées de hausses des provisions et des cotisations, et ce malgré la hausse des cotisations de 2,4% en moyenne.

    En 2012, les Institutions de prévoyance (IP) ont souffert de hausses de prestations. Tant en santé qu’en prévoyance, les IP ont du faire face à une hausse du nombre d’adhérents dont le nombre, en santé notamment, multiplié par les prestations, a affaibli le résultat.

    Selon le Centre technique des Institutions de Prévoyance (CTIP), qui délivrait mardi 2 juin les résultats du secteur, note une hausse des prestations de 7,5% en santé et 12,9% en prévoyance. Ces deux secteurs, qui représentent 92% de l’activité en 2012 pour les IP, souffrent de hausses des cotisations limitées.

    Ainsi, en santé, les cotisations ont augmenté de 6,6% avec l’arrivée de 300.000 salariés couverts. La hausse est expliquée également par un « réajustement des cotisations » suite à la hausse des dépenses de santé. En prévoyance, la hausse des cotisations est plus faible, à 2%. De plus, les provisionnements sont en hausse en raison de la baisse des taux d’intérêts.

    Au total, l’activité des IP en termes de cotisations (chiffre d’affaires) progressent de 2,4%, à un peu plus de 12Mds d’euros. La retraite supplémentaire, qui ne représente que 7,8% de l’activité en 2012, s’effondre de 15,4% pour atteindre 940M de cotisations. Elle représentait près de 10% du chiffre d’affaires en 2011.

    Enfin, la dépendance reste un produit en croissance, mais qui doit faire face à de fortes prestations. Avec une hausse de 10% des cotisations encaissées, (27M d’euros en 2012), les prestations s’envolent à 28M d’euros contre… 11M en 2011. La hausse, de 152%, déséquilibre la branche.