Prévention : Mixtaroute terminé, place aux accidents de la vie pour le Gema

Gema Prévention a terminé le 13 octobre son opération Mixtaroute qui ne sera pas reconduite malgré le succès et l’originalité de la démarche. La fédération mutualiste va se tourner vers les accidents de la vie, en attendant une mise en place AFA ?

Mixtaroute a terminé sur une bonne note sa cinquième saison. Cette cinquième mouture de l’opération était résolument quantitative. Et le pari a été réussi puisque 41.500 “battles” ont eu lieu, 350 millions de messages ont été diffusés, via une application téléchargée par 8.800 personnes. Sur Facebook, devenue l’un des piliers de l’opération, la page rassemblait, au 1er septembre, 38.800 fans. Tout l’été, l’application pour smartphone a permis aux jeunes de se confronter en s’échangeant des messages sonores montés par leurs soins. Comme à chaque édition, Mixtaroute s’est appuyé sur quelques célébrités et une facilité d’accès pour les moins de 25 ans.

Si les assureurs ont une quasi-obligation (accord état-assureurs) de consacrer des budgets à la prévention routière, les opérations très diverses menées par les organismes indépendamment des fédérations ont rarement atteint de tels chiffres. Pourtant Mixtaroute ne sera pas reconduit l’année prochaine.

Pour Gema Prévention, c’est la fin d’une aventure commencée il y a cinq ans et qui a porté ses fruits. “Avec Mixtaroute, nous avons réussi à renouveler le discours sur la prévention des risques routiers et à toucher les jeunes, une population plus difficile à atteindre”, avance Patrick Jacquot, président de Gema Prévention et PDG de la Mutuelle des Motards. Surtout, les messages sensibilisent les jeunes, la populations la plus exposée aux dangers de la route. Ils représentent en effet 19,5% des tués, et même 25% si l’on prend en compte les accidents survenus aux vélos et aux piétons.

La marque Mixtaroute n’appartenant pas au Gema, elle sera de nouveau libre. De son côté, la branche prévention de la fédération d’assureurs mutualistes va se tourner vers les risques des accidents de la vie courante. Un produit rentable et diversifiant pour ses membres…

Autre sujet qui sera à surveiller de près, l’avenir même de Gema Prévention à l’heure du rapprochement entre la FFSA et le Gema au sein de l’AFA. Si les sujets techniques de l’assurance sont pour le moment au centre des attentions, les synergies entre Assureurs Prévention (FFSA, présidée par Nicolas Moreau) et Gema Prévention, deux associations blotties dans les arcanes de leur fédération, avaient déjà été évoquées avant la décision de la relance de l’AFA cet été.

La question, posée lors de la conférence de presse de rentrée du Gema à laquelle participait Bernard Spitz, président de la FFSA et de l’AFA, avait eu pour réponse une confirmation à demi-mot : “Nous n’avons pas pris de décision pour le moment, mais c’est un sujet de réflexion”. L’absence des instances représentatives des fédérations, pourtant attendues, lors de la soirée de clôture de Mixtaroute pourrait être un signe que le sujet n’est pas prioritaire… ou déjà réglé.