PLFSS 2015 : l’assurance pas (encore) concernée, la Mutualité réagit (vidéo)

Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, de la Santé et du droit des femmes, a présenté le 29 septembre son projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2015 (PLFSS 2015). Peu de mesures concrètes concernent l’assurance, le projet portant sur les coupes budgétaires.

Selon la première version du texte, le PLFSS 2015 n’envisage pas de déremboursement. Le médicament, s’il reste un poste d’économies pour le gouvernement à hauteur de 1Md d’euros, sera visé par des baisses de prix et la promotion des génériques, toujours au cœur de la démarche de réduction des coûts en matière de santé publique.

L’autre point de la maîtrise des coûts portera sur l’hôpital. Il s’agit là de poursuivre les efforts commencés les années précédentes. Car l’ambition du gouvernement reste bien de limiter les dépenses, sachant que les comptes ne pourront être équilibrés avant 2018, au mieux. En 2015, le déficit prévisionnel devrait atteindre 6,9Mds d’euros pour l’assurance maladie.

Face à ce projet de loi, Etienne Caniard, président de la Mutualité Française parle de “mise en péril de notre système de santé” par une “vision trop budgétaire”. La Mutualité Française, a présenté, le 30 septembre, les mesures qu’elle considère comme importante pour palier cette évolution du déficit et pour prôner un meilleur accès aux soins et aux complémentaires santé. Ainsi, ce mouvement passe par une baisse des taxes sur les complémentaires santé, de 7% actuellement à 5%. La FNMF veut également avancer sur le tiers-payant généralisé, en travaillant avec la FFSA et le CTIP. Une façon d’accélérer un processus d’uniformisation qui pourrait permettre de rembourser certaines dépenses avec plus de visibilité. Enfin, autre mesure phare pour la FNMF, “la mise à plat du système de conventionnement”. Pour la Mutualité, il faut que le nombre de médecins impliqués dans le contrat d’accès aux soins (CAS) augmente.