Investissement : CNP Assurances met les doigts dans la prise

CNP Assurances et la Caisse des dépôts (CDC) sont entrées en négociations exclusives avec EDF pour reprendre 49,9% du gestionnaire du réseau électrique français à haute tension RTE.

La Caisse des dépôts et sa filiale CNP Assurances négocient pour racheter 49,9% de RTE, a annoncé jeudi à l’AFP une source proche du dossier. Leur offre valorise la totalité du capital de RTE, détenu jusqu’ici en totalité par EDF, à un montant « de l’ordre de 8,5 milliards d’euros », a précisé cette source, confirmant des informations de presse. Cette évolution du tour de table de RTE s’inscrit dans le cadre du programme de cessions d’actifs de 10 milliards d’euros annoncé en avril par EDF parmi les mesures destinées à renforcer sa situation financière, dans un marché énergétique déprimé, alors que le conseil d’administration de l’électricien pourrait donner jeudi son feu vert au coûteux projet de construction de centrale nucléaire à Hinkley Point (Angleterre).
Le président du directoire de RTE, François Brottes, et le PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy, avaient été chargés par le gouvernement de préparer un schéma d’ouverture du capital de RTE qui puisse être mis en oeuvre d’ici à fin 2016.

RTE valorisé 8,5 Mds€
Conformément à la réglementation européenne, RTE bénéficie d’une autonomie de gouvernance, de financement et de fonctionnement, bien qu’elle reste une filiale à 100% d’EDF. Ses statuts prévoient que son capital ne peut être ouvert qu’à un partenaire public (EDF, l’Etat ou d’autres entreprises ou organismes appartenant au secteur public). En valorisant l’ensemble de RTE à environ 8,5 milliards d’euros, la CDC et CNP Assurances offrent un prix supérieur aux estimations qui avaient circulé jusqu’à présent et qui tournaient autour de 6 à 7 milliards d’euros pour le
gestionnaire du premier réseau européen de transport d’électricité. L’entrée au capital de RTE s’inscrirait pour la CDC dans sa stratégie d’investisseur de long terme. Elle lui permettrait aussi de faire respirer son portefeuille d’actifs tout en s’impliquant davantage dans le domaine de la transition énergétique, conformément à la volonté affichée par son directeur général Pierre-René Lemas.