Intempéries : Les gouvernement promet d’accélérer la reconnaissance de catastrophe naturelle

Après le cyclone Bejisa sur l’île de la Réunion et les inondations en Bretagne, le gouvernement veut accélérer la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle.

Alors que quatre des cinq départements bretons, Finistère, Morbihan, Loire-Atlantique et Ille-et-Vilaine, étaient encore placés en vigilance orange “crues” par Météo France lundi 6 janvier au matin, Jean-Marc Ayrault a fait savoir que “tout sera fait sans attendre pour accélérer la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle”.

Le Premier ministre et le ministre de l’Intérieur se sont vus lundi matin et ont “fait le point sur les intempéries en métropole et dans les territoires ultra-marins” selon l’AFP qui cite Matignon.
Un peu plus tôt ce week-end, la FFSA avait fait savoir qu’il ne “fallait pas attendre pour contacter son assureur”. Pour le secteur, le placement en état de catastrophe naturelle est en effet “une formalité administrative”.

Pour le moment, il n’y a pas de bilan chiffré des dégâts et les nouvelles intempéries qui touchent la Bretagne retardent les estimations. Pour la Réunion, les assureurs commencent à collecter les informations. En raison de l’importance de l’événement et des conséquences sur les réseaux de communication, les estimations pourraient tarder à arriver.