Fusion : Vers la naissance d’UnipolSai, deuxième assureur italien

La fusion des groupes d’assurances Unipol et Fonsai-Premafin se rapproche. Elle doit être actée par les actionnaires d’Unipol, donnant naissance au 2e plus grand groupe italien derrière Generali.

Les actionnaires des différentes sociétés composant le groupe d’assurance italien Unipol votent à partir de vendredi sur une fusion avec la société en difficultés Premafin/Fonsai, qui devrait donner naissance à un acteur majeur, UnipolSai.

Un “marathon” d’assemblées générales des différentes sociétés impliquées, Unipol Assicurazioni, Fondiaria-Sai (Fonsai), Milano Assicurazioni et Premafin, a commencé dans la matinée avec la réunion des actionnaires de Fonsai. Il devrait s’achever lundi avec celle des actionnaires spéciaux de Milano Assicurazioni.

Leur feu vert ne fait pas de doute, selon la la presse italienne. “C’est une vision industrielle qui nous amène aujourd’hui à proposer un projet allant vers la création de la deuxième compagnie d’assurances italienne (derrière Generali, ndlr), la première dans le secteur dommages et la cinquième dans l’assurance-vie“, a expliqué Carlo Cimbri, administrateur délégué de Fonsai et d’Unipol lors d’une des assemblées à Bologne vendredi.

Le groupe fusionné comptait fin 2012 des primes d’assurance de 16,8Mds d’euros, 10,6Mds dans le secteur dommages et 6,2Mds dans l’assurance-vie, selon des projections pro forma diffusés par Unipol. Il emploiera environ 12.000 personnes. Selon le document d’information relatif à la fusion, l’objectif de cette complexe opération est “la préservation de la solvabilité actuelle et future de Premafin et Fondiaria-SAI et la création parallèle d’un opérateur national de premier plan dans l’assurance, à même de concurrencer sérieusement les principaux acteurs nationaux et européens“.

Le document d’information rappelle que les conseils d’administration des groupes avaient donné leur feu vert à la fusion en décembre 2012. Unipol, un assureur issu du monde coopératif, avait annoncé en janvier 2012 un accord en ce sens avec l’ancien actionnaire de Fonsai, la famille Ligresti, dont la gestion financière a depuis été mise en cause par la justice italienne. Elle a ordonné en juillet l’arrestation du patriarche Salvatore Ligresti, ainsi que de ses enfants et d’anciens dirigeants du groupe. Le procès devrait commencer le 4 décembre à Turin.

AFP