Fédération : Comment élit-on le président de la Mutualité française ?

Le 23 juin prochain, la Mutualité française va changer de président. Peu de suspense quant à l’issue du scrutin puisqu’un seul candidat est en lice, à savoir Thierry Beaudet. L’élection suit toutefois le processus prévu dans les statuts de la fédération.

Depuis le vendredi 20 mai à minuit, les candidatures pour l’élection à la présidence de la Mutualité française sont officiellement closes. Et malgré les quelques réticences sur le cumul des fonctions, Thierry Beaudet se retrouve donc seul en compétition. Soit il a su convaincre les sceptiques, soit ces derniers n’ont pas réussi à faire émerger un candidat pour le contrer.

Il sera présentera par conséquent seul face aux électeurs lors de l’Assemblée générale du 23 juin. Ces électeurs sont les délégués et sont environ 1.000.

Un bulletin proposant le nom unique de Thierry Beaudet sera distribué à chacun d’eux. Une alternative s’offre alors à eux : utiliser le bulletin avec le nom du candidat sans rien changer ou utiliser le bulletin avec le nom du candidat barré.

A l’issue du vote, seuls ces deux types de bulletins sont pris en compte. Les votes blancs ou nuls ne sont pas comptabilisés. Le résultat est fonction des suffrages exprimés. A titre d’exemple, si sur 1.000 votants, 50 votent blanc ou nul, 100 rendent un bulletin avec le nom de Thierry Beaudet barré et 850 votent pour Thierry Beaudet, il sera élu avec 89,5% des voix.

Dans le cas où, gageons qu’il soit peu probable, il n’obtiendrait pas la majorité absolue, un second tour est organisé et l’élection se fait à la majorité relative. Puisqu’il n’y a pas d’autres prétendants que lui à la succession d’Etienne Caniard, il lui suffirait alors d’une seule voix…

Rappelons qu’en 2010, Etienne Caniard, également seul candidat en lice, avait recueilli 96,33% des suffrages exprimés.