Epargne : quand Christian Noyer prône une baisse des rendements d’assurance-vie

Le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, craint le risque que fait peser une forte remontée des taux d’intérêt sur les contrats assurance-vie en euros. Pour la FFSA, le président de l’ACPR est dans son rôle

Devant la commission des Finances du Sénat, celui qui est également président de l’ACPR, a indiqué qu’il trouvait “très important que les compagnies d’assurances soient capables de faire baisser leur taux de rémunération“. Il a même ajouté : “j’attends cette année une baisse significative”.

Bernard Spitz, président de la FFSA, a répondu de son côté que “le gouverneur, qui est également président de l’autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), est dans son rôle, qui est un rôle de conseil, de référence mais aussi de régulateur“. Une remarque entendue chez un autre acteur du secteur également.
Il est légitime qu’il rappelle que l’intérêt des assurés repose sur une logique de placement à long terme. Nous vivons une période prolongée de taux exceptionnellement bas. L’assurance-vie, dans ce contexte, assure des rendements de qualité qui en font le placement préféré des Français. Les épargnants peuvent être rassurés de savoir que les taux que continueront à leur proposer les assureurs sur le long terme allieront prudence et rentabilité“, a-t-il poursuivi.

Selon les chiffres de l’Association française de l’assurance (AFA), le rendement moyen servi en 2014 a été de 2,8%, en très légère baisse (0,1 point) par rapport à 2013. Les rendements des taux d’intérêts restent faibles, et l’écart entre les prestations des contrats assurance-vie et les investissements obligataires des assureurs ne cesse de se creuser, faisant peser, en cas de remontée rapide des taux, un écart qui deviendrait difficile à gérer.

Christian Noyer a toutefois déclaré devant la commission de sénateurs qu’il envisageait une évolution “en douceur” des taux sur 2015. Pas de quoi créer un mouvement de panique dans les compagnies qui surveillent de près ce risque.