Cat’Nat’ : Haiyan, le typhon le plus violent connu, aura un impact très limité sur l’assurance

Après le passage de Haiyan aux Philippines, les dommages assurés représenteraient de 100 millions à moins de 2 milliards de dollars, selon les premières estimations.

Le super typhon Haiyan qui a dévasté les Philippines le 8 novembre, s’annonce comme le plus violent jamais enregistré dans les données météorologiques, rapporte le cabinet AIR Worldwide qui fournit des conseils et modèles informatiques en matière de catastrophes naturelles.

D’après les informations satellites dont disposent seulement les météorologistes à l’heure actuelle, le typhon a provoqué des vents maximum de 315km/h lors de son premier des 6 passages sur terre ferme et est resté très soutenu en traversant les Philippines. Si ces données sont confirmées, Haiyan sera le typhon le plus violent jamais connu, passant devant l’ouragan Camille (1969) qui avait frappé le golfe du Mexique.

De 100M à 2Mds de dollars

“Le coût économique de ce typhon devrait être le plus élevé dans l’histoire des Philippines bien que seulement une faible proportion de ce montant soit assurée“, souligne AIR Worldwide.

Pour l’agence de notation de l’assurance, AM Best, les pertes assurées représentent moins de 1% du PIB, du fait de la faible pénétration des assurances dommages dans ce pays. Selon une première estimation, très grossière, les pertes économiques atteindraient 14Mds de dollars et les pertes assurées 2Mds de dollars, rapporte Asia Insurance Review.

Mais AM Best ajoute “qu’il est encore trop tôt pour donner des chiffres solides sur cet événement“. L’agence ne s’attend ni à une dégradation de note des assureurs ni à un impact sur la capacité des réassureurs.

Cette estimation est encore plus minorée pour le spécialiste en modélisation des risques de catastrophes, Eqecat, qui table sur 100M de dollars. En effet, selon lui, seulement une partie de la population est assurée contre les dommages et seulement 15% à 20% des polices d’assurances comprennent la couverture contre le risque de typhons.

Les assurances classiques ne comprennent également pas les dommages provoqués par les inondations, qui doivent être assurés par des contrats spécialisés. Dans les régions touchées par le typhon, environ 90% de l’infrastructure a été endommagée. Ces dommages ne sont généralement pas assurés, a ajouté Eqecat.

Mettre à contribution les responsables du changement climatique dans l’assurance

Pour autant, le ministre philippin des Finances a indiqué dans une conférence que les mécanismes d’assurance devraient être plus développés, en impliquant les autres pays.

“Avec tous ces typhons, dont l’intensité semble s’accroître, il est nécessaire de créer des structures appropriées pour mieux partager le risque et le coût du changement climatique“. Le ministre plaide pour des primes d’assurances assises sur l’empreinte carbone, “pour que ceux qui participent le plus au changement climatique portent ce fardeau“.

La ville de Tacloban (220.000 habitants) a été la plus touchée par le typhon. Les autorités indiquent que 10M de personnes au total ont été frappées par le typhon et 650.000 ont dû s’enfuir. Le bilan des victimes définitif n’est pas encore connu.