Baromètre : capitaliste ou mutualiste, qui est le plus performant ?

Une idée communément partagée voudrait que les assureurs capitalistes soient plus performants que les mutualistes. En cette période de rentrée des classes, la nouvelle édition du Baromètre 2016 Croissance x Rentabilité du cabinet Fact & Figures distribue les notes et balaie ce principe.

En effet, les meilleurs élèves du secteur appartiennent à des familles différentes. En termes de croissance, le Baromètre distingue ainsi quatre bancassureurs, avec BPCE, Crédit Agricole, Société Générale, Crédit Mutuel, mais aussi un groupe mutualiste, Covéa.

En termes de rentabilité, les groupes les plus performants appartiennent aussi des familles différentes, puisque le classement établi sur la base des comptes 2014 met en avant : un groupe capitaliste traditionnel, Axa France, un mutualiste, Covéa, et trois bancassureurs, Crédit Mutuel, Société Générale et BPCE.

« La rentabilité d’un opérateur ne dépend absolument pas de la famille à laquelle il appartient, et on ne peut que s’en féliciter », souligne Cyrille Chartier-Kastler, président du cabinet Fact & Figures. En termes de croissance en revanche, les champions du marché sont bien des bancassureurs – BPCE, le Crédit Agricole et la Société Générale, mais Covéa figure en 4 ème position.

En termes de ROE, là aussi les bancassureurs se distinguent. La Société Générale dégage le plus haut niveau du marché en IARD (21.9 %), en Vie (19,9 %) et au global (20,0 %). Le numéro deux est le Crédit Agricole avec un R.O.E. global moyen de 12,0 %. En moyenne, le marché dégage 9.0 % de R.O.E. en IARD, 8.4 % en Vie et 8.7 % au global.

Cyrille Chartier-Kastler souligne aussi que la capacité à générer de la croissance continue à s’éloigner pour les groupes traditionnels capitalistes. « Les assureurs traditionnels se fourvoient en pensant que la distribution va basculer vers du tout digital. Ils sous-estiment le potentiel de leurs réseaux commerciaux actuels de manière notable », explique Cyrille Chartier-Kastler.

Sur des points précis de performance, qui pourraient faire la différence sur le long terme, certains groupes se distinguent, tel Groupama, le groupe qui a le mieux réussi la bascule de l’euro vers les UC avec une croissance annuelle moyenne de + 18,7 % de ses encours en UC tandis que ceux en euros baissent de – 1.3 %. Avec un positionnement différent, SwissLife affiche également une belle performance sur les UC note le Baromètre.

Dans ce classement, qui porte sur 16 groupes, on ne peut que remarquer l’absence des poids lourds en assurance de personnes que sont sont AG2R La Mondiale, Harmonie, MGEN, Humanis, Malakoff-Médéric… « Les plus grosses mutuelles santé ainsi que les groupes de protection sociale les plus importants ont leur place dans le baromètre. Malheureusement, leurs comptes annuels ne sont pas disponibles, alors que Solvabilité 2 rend leur publication obligatoire », souligne Cyrille Chartier-Kastler.