Stratégie : L’Afer axe 2014 sur la diversification avec la retraite et les gérants (Vidéo)

En marge de l’annonce de son taux 2013 pour les fonds euros, l’Afer a annoncé une diversifications vers les unités de compte et la retraite pour 2014.

En plaçant 100 euros il y a 20 ans sur le contrat Afer, un épargnant aurait aujourd’hui 250 euros. Mais en les plaçant sur le contrat Sfer, il aurait 350 euros” lance Gérard Bekerman, président de l’Afer, dans une logique implacable et un argumentaire bien rodé.

Le président est clair sur la stratégie à venir de l’Afer. Il faut “diversifier pour répondre à une demande des épargnants“. Pour ce faire, Gérard Bekerman n’a pas exclu la sortie d’un produit retraite prochainement. Un comble pour une association dont le nom même porte la retraite mais qui n’avait, jusqu’à présent, pas de produit spécifique. La possible sortie d’un produit retraite “sera présenté à l’Assemblée générale” confirme Gérard Bekerman sans donner de date. Il est pour le moment difficile d’en savoir plus sur cette partie. Quant au gestionnaire de ce contrat retraite, il se pourrait que l’Afer trouve son bonheur en dehors du giron d’Aviva, l’assureur de ses contrats.

Diversifier les gérants

L’une des annonces les plus retentissantes de la conférence de présentation du taux a été la confirmation d’une volonté d’ouvrir la gestion des contrats. “C’est historique” commente Gérard Bekerman. Il s’agit d’améliorer la gestion et la rentabilité, selon le président de l’Afer.
Le fonds euros, géré par Aviva France, n’est pas concerné, puisque légalement il dépend de l’assureur. Mais pour les nouveaux produits, c’est une éventualité à laquelle Aviva France souscrit d’autant plus facilement que l’assureur réalisera le cahier des charges et aura le pouvoir de choisir le gestionnaire, en partenariat avec l’association, comme l’explique Nicolas Schimel dans le reportage ci-dessus.

A la question de la diversification pour trouver de nouveaux profils, Gérard Bekerman se range derrière le discours du service rendu à ses adhérents et aux futurs souscripteurs. “C’est un devoir, c’est une éthique de responsabilité” justifie-t-il, “nous ne pouvons pas négliger une diversification car il s’agit de l’intérêt de nos adhérents“.

Si le contrat phare reçoit toujours des adhésions, avec 11 produits diversifiés, l’Afer a déjà entamé le virage vers les unités de compte. Celles-ci représentent 6,7Mds d’euros d’encours, contre un fonds général de 40,1Mds d’euros, à fin 2013.
Dans la gamme, se trouvent des produits à tendance immobilière (Afer Immo) ou tournés vers les marchés émérgents (Afer Marchés émergents) et les Etats-Unis (Afer Actions Amériques). Ces deux derniers compartiments, lancés en 2013, représentent des actifs gérés de 100M d’euros, selon les chiffres donnés par l’association.
Cette divsersfication de la gamme parvient à attirer des fonds d’épargnants traditionnellement séduits par la sécurité et le rendement de produit Afer. Afer-Sfer reste le contrat diversifié le plus important, avec 3,76Mds d’actifs gérés. Lancé en 1995, il reste la référence de l’association en termes de diversification avec une performance élevée sur la durée.

Un euro-croissance en préparation

La durée d’investissement reste un élément fort de l’association. Ses adhérents sont fidèles. Le taux de rachats, inférieur à 3,2% selon l’Afer, fait partie des meilleurs du marché. Et les bénéficiaires des contrats assurance-vie débouclés lors de décès réinvestissent également dans les contrats de l’association. Selon Gérard Bekerman, ce fut le cas pour 48% des prestations versées en 2013 sur des décès…

Dans ce cadre, le contrat euro-croissance semble tailler pour les épargnants de l’Afer. “L’euro-croissance est une opportunité qu’on ne peut pas se permettre de négliger” explique Gérard Bekerman. “Chez Aviva, nous réfléchissons en priorité à une offre euro-croissance pour l’Afer” détaille Nicolas Schimel, “le contrat euro-croissance s’adresse à des épargnants qui ont un horizon long, qui veulent bien prendre des risques de manière modérée, avec une garantie en capital“.

Des nouveautés dans la gamme Afer sont à prévoir. L’association poursuit son travail de diversification et pourrait ainsi toucher de nouvelles cibles d’épargnants, à commencer par les jeunes actifs. En 2013, la moyenne d’âge des 20.000 nouveaux adhérents était de 35 ans, contre 59 ans pour les 700.000 “anciens”. Un renouvellement salutaire qui passe par des produits attractifs.