Sondage : Quand la technologie challenge le médecin

Jalma et l’IFOP ont présenté le sondage « Quand la technologie challenge le médecin » sur les Français et les innovations santé lors des Rendez-Vous Riviera en septembre dernier. L’enquête, réalisée auprès de plus de 1000 personnes, révèle que les Français sont prêts à adopter les nouvelles technologies, à condition qu’elles apportent la preuve pratique de leur utilité.

70% des Français citent l’accès aux soins comme le principal problème du système de santé. Le nombre insuffisant de médecins et les délais d’attente trop longs sont les principaux aspects à améliorer.

” Les objets connectés peuvent être une solution au problème d’accès aux soins dans la mesure où ils permettent de suivre à distance un malade. Ils résolvent le problème de la pénurie et l’éloignement “, affirme Mathias Matallah, président de Jalma.

Selon le sondage de Jalma, 70% des Français ont entendu parler des objets connectés en santé, même si leur connaissance reste assez floue. Le public est par ailleurs favorablement disposé vis-à-vis des nouvelles technologies en santé.

Grâce à ces innovations de santé connectée, le rôle du médecin va profondément changer dans les prochaines années. 64% des Français appellent de leurs vœux la modification de la relation avec leur médecin, par le biais des nouvelles technologies. ” Les Français considèrent que les médecins sont un peu ringardisés. Ils attendent des médecins qu’ils se mettent à la page, qu’ils modifient leur pratiques, comme le font les professionnels d’autres secteurs. Ils attendent même qu’ils soient prescripteurs de ces solutions, parce que, malgré tout, le médecins reste le référent et l’acteur incontournable du système de santé “, affirme Diane de Bourguesdon, Manager Digital Health de Jalma.

Selon 77% des Français, une mutuelle qui prendrait en charge les innovations de santé connectée serait considérée comme moderne et innovante. Les Français ont en tout étant de cause bien pris conscience du bouleversement profond de la pratique des médecins dans les années à venir, du fait de la digitalisation de la santé.