Résultats : 2013, année de transition pour la Macif

Engagée dans un plan à moyen terme, la Macif signe une année 2013 marquée par de légères hausses de chiffre d’affaires et de résultat. Si la sinistralité en dommages pèse sur les résultats techniques, la Macif surveille d’autres activités – telle qu’Idmacif et sa filiale portugaise – tout en misant sur la santé.

La Macif poursuit sa réorganisation. Et ce chantier a pesé sur les comptes de 2013, considérée par Jean-Marc Raby, directeur général de l’assureur mutualiste, comme une “année de transition” dans le plan à moyen terme.

Surtout, la Macif a du digérer des imprévus en assurance dommages. A commencer par les revalorisations annuelles des rentes suivant l’inflation, dont le transfert du Fonds de garantie vers les assureurs coûte 40M d’euros à l’enseigne.
Autres faits importants, les sinistres climatiques, qui ont impacté la Macif, dégradant le ratio sinistres sur primes. Celui-ci se maintient à hauteur de ce qu’il était en 2012, à 104,2% contre 104,4% en 2012.

Bonne performance en épargne et surtout en santé / prévoyance

Parallèlement, les pôles Épargne / Vie et Santé / Prévoyance ont progressé positivement. En Épargne, la Macif enregistre une collecte nette de 477M d’euros, soit un montant doublé par rapport à 2012. Les versements sont en hausse, à 2Mds d’euros (+8%) quand les prestations sont en baisse de 6% à 1,53Md d’euros.

En Santé / Prévoyance, l’autre grand chantier de la Macif, la progression est plus importante encore, avec un gain de chiffre d’affaires de 11%, en grande partie grâce à l’intégration de la mutuelle des personnels d’IBM. Une autre mutuelle professionnelle, la mutuelle Air France, a rejoint le pôle Macif Mutualité, mais elle n’est pas intégrée dans les comptes de 2013. Avec un chiffre d’affaires de 652M d’euros, la part santé et prévoyance compte maintenant pour 12% du CA total.

Sur les autres activités, les résultats sont mitigés. Ainsi, la banque enregistre de bons résultats dans la filiale Socram Banque, avec une stratégie de multi-équipement qui porte ses fruits avec 42% de taux d’équipement en épargne bancaire des clients assurance-vie et 40.000 compte à vue ouverts. “Le début d’année 2014 montre une réelle progression”, renchérit Jean-Marc Raby.

Décision à venir pour Idmacif et cession de Macif Portugal

Si la banque tient le coup, c’est plus difficile pour Idmacif. La filiale de vente en ligne de la Macif ne donne pas satisfaction. “Nous menons une réflexion de fond, c’est une activité qui n’est pas équilibrée du tout”, explique Jean-Marc Raby. “Nous avons 55.000 véhicules en portefeuille contre 60.000 en 2012, car nous avons procédé à des corrections sur les conditions de souscriptions et les tarifs, ce qui a entraîné la perte de certains risques”, confirme-t-il, avant d’ajouter : “on se donne jusqu’à 2014 pour en savoir plus et prendre une décision. Toutes nos ressources sont tournées vers le site macif.fr”.

Enfin, la filiale portugaise est également concernée et la décision est cette fois entérinée. Malgré des pertes ramenée à 2M d’euros en 2013, “le conseil d’administration a décidé d’aller vers une cession. L’idée est de trouver un repreneur avec, autant que faire ce peu, de maintenir les emplois. Il n’y a pas d’urgence absolue”, conclut Jean-Marc Raby. Si l’année de transition que constituait 2013 est terminée, la Macif est bel et bien toujours en mouvement.