Agents Généraux : Agea se tourne vers les assurés

En 2014, Agea organisera le Salon de l’Assuré. Une façon pour les agents généraux d’entrer en contact direct avec leurs clients et de se positionner en première ligne. Et ce alors même que les enjeux sont nombreux pour la profession.

Quelle conséquence peut émerger avec les bons résultats financiers et techniques des compagnies d’assurance pour les syndicats d’agents généraux ? La sérénité. Forts de leur positionnement sur la cible des particuliers en dommages et des TPE, TNS et des professionnels, les agents généraux ont traversé 2013 en gagnant de la confiance et de la reconnaissance auprès des compagnies mandantes, un peu à l’image du retournement de tendance constaté en un an chez les agents adhérents du Snagan, syndicat du réseau Gan Assurances (Groupama).

Depuis quelques semaines, les assemblées générales des syndicats parviennent sensiblement au même résultat : des compagnies qui réaffirment la place des agents en conquête commerciale, qui assouplissent les règles de souscription et les délégations, qui envisagent des éléments pour défendre le portefeuille et qui, quand le besoin s’en fait sentir, sont prêtes à aller plus loin dans le dialogue et l’organisation de groupe de travail communs.

Reconnaissance et professionnalisation de l’agent d’assurance

Pour Hervé de Veyrac, président d’Agea, c’est une bonne chose. D’autant que la fédération des syndicats d’agents a elle-même un programme ambitieux pour 2014. “L’agent général au cœur de la cité et des territoires reste notre axe pour 2014″, explique Hervé de Veyrac. La remise de plaquette pour détailler le rôle des agents généraux lors des récentes élections municipales. Cet axe va se décliner en 2014 ave la création, le 15 novembre, du premier salon de l’assuré, pour lequel Agea prévoit une présence des agents pour répondre aux questions des assurés. La veille, le vendredi 14 novembre, les agents seront même sur les ondes des radios locales avec un partenariat avec France Bleu. Ils ont également prévu de répondre à ce moment aux questions des assurés.

La défense du statut prend donc une nouvelle forme, avec une relation réaffirmée avec les clients. “Je ne fais pas la promotion de compagnie d’assurances mais du métier d’agent général. Notre métier nous appartient et nous voulons montrer notre capacité à prendre notre destin en main”, ajoute Hervé de Veyrac. Formation, professionnalisation sont des thèmes importants portés par la fédération en 2014, dans un contexte de regroupement des agences et de création de nouvelles formes.

Enfin, il reste la réglementation. Peu épargné par la généralisation de la complémentaire santé, sujet sur lequel Agea s’est beaucoup mobilisée en essayant d’influer sur les élus locaux.La loi Hamon, qui attaque directement un marché sur lequel ils sont positionnés, a également mis lmes agents sous pression, mais il sont encore exposés aux directives européennes sur l’intermédiation. Agea promet de faire pression à Bruxelles, tente de s’organiser au sein du Bipar et sur les responsables en France. Autant de sujets qui viennent s’ajouter sur une pile de dossier déjà bien élevée.