Vers des hausses de tarifs généralisées

Les grands assureurs ont profité des Journées du courtage pour lever le voile sur leur politique tarifaire 2010. Le constat est sans appel : les particuliers comme les entreprises doivent s’attendre à des majorations.

A en croire le discours livré par les grands assureurs, réunis hier aux Journées du courtage lors d’une conférence plénière “Qui souscrit quoi en 2010 ?”, la crise produira véritablement son effet en 2010. A cet égard, le « besoin de prime » sera d’autant plus grand pour les compagnies qui enregistrent une augmentation de la fréquence de sinistres. Dans ce contexte, la hausse quasi généralisée des tarifs semble inéluctable…

A commencer par l’assurance auto où l’inflation des corporels grave impacte de plein fouet « le ratio combiné de la branche qui pourrait passer de 103 à 110% » selon Jacques de Peretti, d’Axa Entreprises. Ce poste d’indemnisation était jusqu’ici compensé par la baisse de la fréquence en dommages. Or, avec la hausse de la sinistralité, «le corporel ne dispose plus d’éléments compensatoires » dixit Bernard-André Durand,  président du directoire de Covéa risks. Ainsi, les assureurs seront contraints de prendre toutes les mesures visant à atteindre de nouveaux équilibres. Une situation qui se vérifie, aussi, dans la branche habitation où le déchaînement des événements naturels alourdit le coût des sinistres. Selon Baudouin Caillemer, DG de Gan Eurocourtage, les tarifs pourraient augmenter de l’ordre de 3%.

Sur le segment des entreprises, l’avenir s’annonce tout aussi sombre notamment dans le secteur industriel où la recrudescence des incendies de plus de 2 millions d’euros dégrade les comptes d’exploitation. Afin de reconstituer des assiettes de primes convenables, les plus gros acteurs, comme Allianz, annoncent des majorations de plus de 8%. En RC comme en santé collective, les hausses seront, semble-t-il, moitié moindre. Seule la prévoyance collective devrait être épargnée par les hausses tarifaires.